Tournez ménages Publié le 23 Septembre 2019 par MARIANNE RIGAUX

Papa adopté Témoignages

blog post image

« Aimer, c’est regarder ensemble dans la même direction. » La maxime est charmante. Mais dans la vraie vie, les destinées amoureuses sont rarement aussi simples. Chaque mois, Causette donne la parole à un duo sentimental pour comprendre comment les visions divergentes de chacun·e n’empêchent pas (toujours) le ménage de tourner. Ce mois-ci, Magali et Vincent* racontent leur rencontre alors que Magali vient de faire un bébé toute seule. Et comment Vincent a été adopté par la fille de Magali.

Magali 42 ans

« À 29 ans, je voulais un enfant, mais je n’avais personne dans ma vie et pas envie de me mettre avec un mec pour de mauvaises raisons. Je savais que tant que je n’aurais pas d’enfant, je ne pourrais pas rencontrer quelqu’un sereinement. De toute façon, je voyais mon bonheur passer par un enfant, pas par un mec. Je me suis lancée dans une PMA en solo et je suis tombée enceinte du premier coup. Après la naissance de ma fille, mon but dans la vie n’était toujours pas de trouver un compagnon. Je prenais mes marques, je gérais le retour au boulot, les horaires de la crèche, les maladies... Je n’excluais rien, mais je ne cherchais pas. Et puis, comme dans les films, ça me tombe dessus alors que je ne m’y attends pas. »

 

La suite dans causette #104...

 

Vincent 37 ans

« Lorsque j’ai débarqué à Paris, j’étais en couple avec une fille qui voulait un enfant. Moi, c’était pas ma priorité. Et puis je rencontre Magali, qui a “fait un bébé toute seule”. Ça aurait pu me faire peur, mais ça a produit tout l’inverse. Qu’elle ait ce courage, ça m’a bluffé, ça m’a fait l’apprécier encore plus. J’admirais sa démarche, sa détermination, sa personnalité. Moi, je ne connaissais rien à la PMA, le mot n’existait même pas !

Bizarrement, je ne me souviens pas de la première fois où j’ai vu Emy. Je me souviens en revanche du moment précis où elle m’a appelé “Papa”. Je ne cherchais pas à ce qu’elle m’appelle ainsi, je n’avais jamais prononcé ce mot-là devant elle. J’imagine qu’elle l’avait entendu à la crèche et qu’elle devait savoir ce que ça représentait. La scène va très vite. Magali me dit : “Je crois que c’est pour toi.” Dans ma tête, je pense : “Que j’y aille ou pas, il va falloir que j’assume toute ma vie.” À partir de là, elle m’a toujours appelé “Papa”.  »

 

La suite dans causette #104...


Publié le 23 Septembre 2019
Auteur : MARIANNE RIGAUX | Photo : © HILLERBRAND + MAGSAMEN
1325 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette