Causette s'en mêle Publié le 10 Juillet 2011 par Liliane ROUDIERE

DSK, Tron & Cie Leurres de vérité

blog post image

Mais que n’y avons-nous pensé plus tôt ?! Une affaire de ­tentative de viol et nos malheurs millénaires sont réglés. Hop ! « la parole est libérée » et nous, pauvres connes qui n’avions ni honneur, ni courage, ni sens de la justice, nous voilà promptes, puisqu’on nous le dit, à porter plainte contre toutes les ordures qui usent et abusent de leur position pour obtenir sourires, massages à l’œil, pipes et autres sales allégeances de notre part.

 

 

 

Parole libérée ?

 

Ainsi passe le train médiatique de l’affaire DSK sous mes yeux consternés, et ne comptez pas sur moi pour essayer de raccrocher quelque wagon de ce convoi. On aura tout entendu, d’un côté comme de l’autre. Il y a eu ceux qui se sont permis de se demander publiquement comment était, physiquement, Nafissatou Diallo – comme si une description plastique ­pouvait apporter quelque justification que ce soit à une tentative de viol –, il y a eu l’angélisme version Cendrillon de Gisèle Halimi « Comment voulez-vous croire qu’une simple femme de ménage noire, mère célibataire de surcroît, ne dise pas la vérité », ou encore le lynchage de Jack Lang pour des propos, « il n’y a pas mort d’homme », bêtement extirpés de leur contexte – il expliquait que dans les affaires sans homicide, la détention provisoire est rarissime aux États-Unis. Je ne vais donc pas chercher à vous apporter quelque information nouvelle sur cette affaire. Et surtout pas tenter d’en tirer des prédictions sur notre avenir, mes amies. Et encore moins crier victoire en brandissant un peu vite cet étendard « La parole est libérée » flottant partout au vent estival avec l’air léger et dangereusement éphémère d’un amour de vacances.

 

 

...la suite dans Causette #15...

Publié le 10 Juillet 2011
Auteur : Liliane ROUDIERE | Photo : Franck JUERY
4749 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette