La pépite Publié le 28 Mars 2019 par Jean-Christophe Rufin

''La pépite de Jean-Christophe Rufin''

blog post image

Chaque mois, un·e auteur·e que C ausette aime nous confie l’un de ses coups de cœur littéraires.

L’héritage de Gabriel Garcia Marquez a été lourd à porter pour la littérature colombienne. Rien n’a poussé au pied du géant, à l’exception peut-être d’Alvaro Mutis. Le « réalisme magique » a tenu lieu d’histoire pour un pays qui, en même temps, était coupé du monde par une sanglante guerre civile. Aujourd’hui, une paix fragile est revenue. Les étrangers visitent en nombre ce pays superbe.

En même temps émerge une nouvelle génération d’auteurs colombiens de grand talent. Ils ont fait d’immenses efforts pour se libérer de l’influence du patriarche des lettres colombiennes. Certains y sont brillamment parvenus. L’un des plus remarquables est Juan Gabriel Vasquez. Pour construire son œuvre, Vasquez a longtemps séjourné à l’étranger et s’est intéressé à des écrivains de divers horizons, de Julio Cortazar à Joseph Conrad et bien d’autres. Son dernier roman, Le Corps des ruines, est une plongée vertigineuse dans l’histoire de son pays.

Il s’en explique lui-même : « J’ignore quand j’ai commencé à me rendre compte que le passé de mon pays me semblait nébuleux et obscur comme un terrain plongé dans les ténèbres et je suis incapable de me rappeler le moment précis où tout ce que j’avais cru vraiment fiable et prévisible – l’endroit où j’ai grandi, la langue que je parle, ses coutumes, son passé qu’on m’a enseigné à l’école et à l’université, son présent que j’ai pris l’habitude d’inter- préter ou de feindre de comprendre – s’est mis à devenir un territoire peuplé d’ombres d’où jaillissaient des créatures horribles au moindre instant d’inattention. »

 

... La suite dans Causette #99.

Publié le 28 Mars 2019
Auteur : Jean-Christophe Rufin | Photo : © F. MANTOVANI/GALLIMARD – DR X 2
196 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette