Tournez ménages Publié le 28 Mars 2019 par SARAH DUMONT

''Le poids de l'amour''

blog post image

« Aimer, c’est regarder ensemble dans la même direction. » La maxime est charmante. Mais dans la vraie vie, les destinées amoureuses sont rarement aussi simples. Chaque mois, Causette donne la parole à un duo sentimental pour comprendre comment les visions divergentes de chacun·e n’empêchent pas (toujours) le ménage de tourner. Ce mois-ci, Coline et Paul, qui ont traversé ensemble le choix de Coline de faire réduire la taille de son estomac pour perdre du poids afin de pouvoir bénéficier d’une procréation médicalement assistée.

Coline 39 ans

« C’est l’envie d’un bébé qui m’a conduite à changer totalement de silhouette, il y a deux ans et demi. J’étais mère de deux enfants quand j’ai rencontré mon deuxième mari, en 2010.

Il rêvait d’être père et j’ai eu envie de lui faire ce cadeau. Après plusieurs mois d’essais infructueux, on s’est lancés dans un processus de procréation médicalement assistée (PMA). Et, même si j’avais réussi à mener à terme deux grossesses malgré mes 134 kilos pour 1,76 m, le service de PMA a exigé que je perde du poids. Les régimes, le sport, les compléments alimentaires... j’avais déjà tout essayé. Je suis grosse depuis que je suis petite. J’ai donc décidé de pratiquer une sleeve et de me faire enlever les deux tiers de l’estomac. »

À part mon mari, seuls ma mère et mes enfants étaient au courant.

 

... La suite dans Causette #98.

 

 

Paul 42 ans

« Je suis tombé amoureux de ma femme avec ses rondeurs. Si le milieu médical ne nous avait pas imposé cette perte de poids, elle n’aurait peut-être rien changé et cela m’allait très bien.

Cette intervention était risquée : elle peut entraîner des complications sérieuses et implique un réel changement en termes d’hygiène de vie. Mais quand Coline a pris la décision de se faire opérer, je l’ai soutenue.

On peut difficilement s’opposer à ma femme quand elle a une idée en tête [rires]. Une fois la date de l’intervention fixée, j’ai senti son empressement. Le dégoût qu’elle avait pour son corps s’est accentué.

Il y avait une urgence à se débarrasser de ces kilos qui l’en- combraient. Ils la complexaient tellement qu’elle ne voulait plus que je la regarde ni ne la touche. Je m’en accommodais. »

 

... La suite dans Causette #98.

 

Publié le 28 Mars 2019
Auteur : SARAH DUMONT | Photo : © A. HARFF
1293 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette