Sexo Publié le 05 Novembre 2018 par Marion Rousset

Prostate : à un doigt du plaisir

blog post image

Nichée en arrière du pubis, la prostate évoque plus la maladie que le plaisir. Grande inconnue de la sexualité masculine, phagocytée par la toute-puissance du pénis, elle gagne pourtant à être explorée.

La prostate est un peu aux hommes ce que le clitoris a longtemps été aux femmes : un organe qui donne du plaisir quand on le stimule, mais qu’on a tendance à oublier. Ou, pire, dont on ignore l’existence. Pour s’en convaincre, il suffit de poser la question aux mâles hétérosexuels qui nous entourent. Il y a ceux à qui cela évoque la maladie : « Perso, je croyais que la prostate était un truc qui apparaissait vers la retraite », nous confie une connaissance. Les curieux : « Ben non, je ne savais pas… alors que le sujet m’intéresse ! » Les ignorants doués de bonnes capacités de déduction : « Alors, je dirais que c’est d’abord une glande qui enrobe les spermatozoïdes d’une gelée qui leur permet de survivre jusqu’au but ultime : la rencontre avec l’ovule. Mais si on pose la question, j’ai dans un coin de la tête cette notion de plaisir qui réclame un doigt dans l’anus, non ? » Et ceux qui viennent d’ouvrir les yeux : « Je le sais… mais pas depuis longtemps ! » affirme un autre qui a découvert cette fonction « en discutant avec [sa] copine qui racontait ce que lui avait dit un ami gay sur le mode “Ah, beaucoup d’hétéros ne savent pas ce qu’ils manquent !” ». Quel dommage de réduire l’homme à son membre érectile quand on sait que caresser cette petite boule accessible par le rectum à l’aide d’un simple doigt bien lubrifié peut déclencher une jouissance intense. Et qu’un massage externe du périnée, zone érogène située entre les testicules et l’anus, suffit à susciter une sensation de plaisir et à augmenter l’excitation.

... La suite dans Causette #94.

Publié le 05 Novembre 2018
Auteur : Marion Rousset | Photo : El Don Guillermo pour Causette
2944 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette