Couple Publié le 05 Novembre 2018 par Anna Cuxac

Mon ex dort dans le clic-clac

blog post image

Pour de banales raisons logistiques ou par nécessité économique, certains couples qui se séparent continuent de vivre sous le même toit le temps de « se retourner ». Et dessinent une nouvelle relation fondée sur une trinité très judéo-chrétienne : solidarité, patience et abnégation.

Ces derniers temps, la vaisselle s’amoncelle dans l’évier de la cuisine de Lina. Le partage des tâches semble s’être barré à Tombouctou pour de grandes vacances. Le poster qu’elle a acheté au concert de son groupe préféré, deux semaines auparavant, est resté sagement enroulé et posé sur l’étagère, près du mur où elle s’est dit qu’il irait si bien. La vie de ce deux-pièces dans le XVIIIe arrondissement de Paris est comme suspendue au départ d’Éric, l’ex de Lina, 23 ans, depuis un mois.

Comme de nombreux couples sur les 30 millions en ménage en France, Lina et Éric se sont séparés, mais continuent, pour l’heure, de vivre ensemble. Une cohabitation post-rupture qui échappe aux statistiques de l’Insee et dont les contours temporels fluctuent selon les logistiques individuelles. Généralement, « les individus en processus de décohabitation se tournent vers des personnes-ressources, famille ou amis » pour trouver un abri transitoire, explique le sociologue spécialiste du couple François de Singly. Mais quand cela s’avère impossible pour des raisons de distance, de sous ou par peur de déranger les autres, alors c’est l’ex-conjoint·e qui devient cette « personne-ressource ». « Éric passe dans quelques semaines un concours très important pour ses études, et le moins que je puisse faire, après avoir rompu dans cette période cruciale pour lui, c’est de ne pas le mettre à la porte. Je n’ai par contre aucune idée de là où ça va nous mener », dit-elle en contemplant près du canapé la valise vide qu’Éric a sortie du placard le soir d’orage et de rage où elle lui a annoncé qu’elle le quittait.

Plier bagage dans un grand fracas dès que le glas du désamour a sonné, c’est l’histoire que l’on aime raconter dans la littérature ou le cinéma. Mais la grandiloquence passionnelle se heurte souvent au réel.

... La suite dans Causette #94.

Publié le 05 Novembre 2018
Auteur : Anna Cuxac | Photo : © LUBITZ ET DORNER/PLAINPICTURE
1834 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette