Reportages Publié le 28 Septembre 2018 par GWENDOLINE PELTIER ET MAGA CURTI, À CARACAS

Venezuela : crise contraceptive

blog post image

La faillite économique actuelle au Venezuela a des impacts dramatiques sur les droits sexuels et reproductifs des femmes. Les Vénézuéliennes doivent se lancer dans un parcours de la combattante pour dénicher des moyens de contraception, 90 % des pilules ou stérilets ayant disparu. Conséquences : grossesses non désirées, avortements clandestins, stérilisations à la chaîne... Donner la vie n’est plus un choix dans un pays où l’avortement est, par ailleurs, illégal.

Dans le quartier populaire de La Vega, au sud-ouest de Caracas (capitale du Venezuela), Rotzana Gutierrez, 19 ans, mère d’un petit garçon de 3 ans et enceinte de huit mois, veut se faire stériliser. Elle ne voit pas d’autre solution. Tous les jours, elle va avec son fils – qu’elle élève seule – à la cantine de l’association Mi Convive qui, en collaboration avec les mères du quartier, fournit gratuitement le déjeuner à une centaine d’enfants. Rotzana nous confie : « Je ne trouve pas de pilules contraceptives, j’ai essayé plusieurs fois de prendre rendez-vous à l’hôpital pour me faire poser un stérilet, mais je n’ai jamais été rappelée. Les préservatifs, je n’en trouve pas. » En 2016, selon la Fédération pharmaceutique, la pénurie des moyens de contraception avait atteint 90 % au Venezuela. Pourtant, il y a deux ans, il était encore possible de s’approvisionner gratuitement dans les hôpitaux et structures publiques. Aujourd’hui, lorsqu’on en trouve dans les pharmacies, ce sont souvent des marques importées, beaucoup trop chères pour la grande majorité des Vénézuéliennes. En désespoir de cause et faute de trouver un contraceptif, de nombreuses jeunes femmes souhaitent se faire stériliser. Le gouvernement a même organisé des journées de stérilisation gratuite.

... La suite dans Causette #93. 

Publié le 28 Septembre 2018
Auteur : GWENDOLINE PELTIER ET MAGA CURTI, À CARACAS | Photo : ADRIANA LOUREIRO FERNANDEZ POUR CAUSETTE
21515 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette