Education Publié le 04 Septembre 2018

Parents parfaits : gare au burn-out Dossier

blog post image

Le business du super enfant

Livres, blogs, séances de coaching, ateliers de « parentalité positive »… jamais les parents n’ont été autant accompagnés dans leur rôle. Abreuvés de conseils éducatifs, inondés d’injonctions parfois contradictoires, ils se mettent la pression pour réussir l’épanouissement de leur enfant. Au risque de s’épuiser.

« Comment protéger nos enfants du burn-out » ; « Dix activités pour stimuler le cerveau des tout-petits » ; « Laissez les enfants s’ennuyer » ; « Éveil musical, que choisir pour mon enfant ? » ; « Il faut développer les compétences innées de nos enfants ! »… À peine leur progéniture a-t-elle poussé son premier cri que, déjà, les parents sont inondés de conseils. Là où, hier, seul·es la grandmère ou le beau-frère se risquaient à quelques préconisations (plus ou moins bienvenues), c’est la société tout entière qui, aujourd’hui, s’emploie à leur expliquer comment s’y prendre pour être de « bons parents ». Alimentation, sommeil, jeux, écrans, réussite scolaire, gestion des émotions ou rapport à l’autorité : il ne passe pas une semaine sans qu’un article ou un ouvrage ne se propose de leur donner les clés d’une parentalité réussie. Qu’ils prônent (parfois) un retour aux méthodes de la « vieille école », ou qu’ils s’appuient (souvent) sur les dernières découvertes en neurosciences, tous nous disent peu ou prou la même chose : le bien-être des enfants repose entre les mains de leurs parents, et c’est à ces derniers qu’il revient d’en faire des êtres épanouis. Même si cela implique de ne jamais crier (au risque d’endommager leur cerveau), de bannir tout propos négatif (sous peine de détruire durablement leur estime de soi), ou d’écumer toute la ville pour dégoter une place au cours d’aquaponey (sans quoi nous tuons peut-être dans l’oeuf une future vocation). Autant d’impératifs que les parents reprennent à leur compte, tentant désespérément de cocher les cases du « parent parfait » (comprenez : celui qui saura donner le meilleur à son enfant).

... La suite dans Causette #92.


Parents sous pression, déprime à l’horizon

Sensation de perdre pied, d’être épuisé· e et même de ne plus vouloir s’occuper de son ou ses enfant(s)… ces symptômes portent un nom : le burn-out parental. Nombre de parents l’ont subi. À sans cesse vouloir être parfaits avec leur(s) bambin(s), ils sont dépassés et ont le sentiment d’échec.

« Maman de quatre enfants de 4 à 11 ans, mère au foyer depuis toujours, là, je n’en peux plus, c’en est trop, je ne supporte plus rien, même mes propres enfants. Je me demande même si je les aime, et c’est la question que je me pose qui me fait le plus peur. Comment ai-je pu en arriver là ? » Ce cri d’alarme a été posté en 2014 par Mère épuisée, sur un forum Doctissimo consacré au burn-out maternel. Ici, les témoignages se ressemblent, peu importe le nombre d’enfants à charge ou le fait de les élever seule ou en couple. Des mères, à bout de nerfs, qui se lâchent entre elles sur la Toile, à base de « tout m’agace », se réconfortent et se conseillent : « Accroche-toi, délègue au maximum. »

Derrière l’expression « burn-out parental » se cachent épuisement, envie de fuir et sentiment de ne plus savoir y faire avec ses enfants, qu’ils soient ou non difficiles à vivre. « Un mal dû à nos trains de vie modernes, où il faut être hyper performant·e sur tous les plans, au risque de ressentir l’échec comme la fin du monde », observe la psychanalyste Liliane Holstein, qui voit défiler dans son cabinet « en moyenne quatre cas par jour sur le sujet, quand ce n’était encore que quatre par semaine il y a moins de dix ans. »

... La suite dans Causette #92.


Pour ou contre l’éducation positive ?

Depuis dix ans, l’éducation positive est LA tendance pour éduquer ses enfants. Est-on un mauvais parent si on ne la pratique pas ? Débat à distance entre Catherine Dumonteil-Kremer, éducatrice, fer-de-lance du mouvement de parentalité positive en France, et Didier Pleux, psychologue spécialiste de l’enfance.

... La suite dans Causette #92.


Les enfants des autres

Avant d’essayer d’être un parent parfait, encore faut-il définir ce qu’est une bonne éducation. Or, d’un pays à l’autre, certaines pratiques éducatives évidentes pour certains seront choquantes pour d’autres. Petit tour du monde des coutumes en vigueur ! Histoire de prendre un peu de recul (ou pas).

... La suite dans Causette #92.

Publié le 04 Septembre 2018

28130 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette