On nous prend pour des quiches Publié le 03 Septembre 2018 par Aurélia Blanc, Anna Cuxac

Sayonara, les filles !

blog post image

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, rêve d’une société « au sein de laquelle toutes les femmes peuvent briller ». M’enfin, faudrait tout de même pas qu’elles en éclipsent les hommes ! C’est ce que semble penser l’université de médecine de Tokyo, qui, pendant des années, a abaissé les notes des candidates à son concours d’entrée, afin qu’elles ne prennent pas trop de place dans les rangs. Début août, le quotidien Yomiuri Shimbun a soulevé un lièvre en révélant que, depuis « au moins 2011 », l’établissement privé falsifiait les notes des femmes pour maintenir un quota d’environ 30 % d’admises par promotion. « Ils abaissaient de 20 % l’ensemble des notes, puis ajoutaient 20 points aux copies masculines », détaille le Guardian. L’ingénieuse idée leur est venue lorsqu’en 2010, 38 % de femmes (un record) ont passé l’examen avec succès.

... La suite dans Causette #92.


Terroirs d'aujourd'hui, saveurs d'antan

Heureusement que les festivités françaises sont là pour nous rappeler à nos vraies valeurs. Ainsi de la fête de la Saint Marcellin à Boulbon (près de Tarascon, dans les Bouches-du-Rhône), dont la « procession des bouteilles », chaque 1er juin, impose aux femmes de rester à la porte de la chapelle, où seuls les hommes sont autorisés à entrer pour porter le vin à bénir. Un résidu de « discrimination sexiste », selon l’Association des libres penseurs de France (ADLPF), qui s’en est offusquée, début mai, dans un courrier au maire. L’occasion parfaite pour Bernard Dupont, édile de la fière Boulbon, de se payer la tête de ces « Parisiens » qui croient pouvoir nous arracher nos traditions d’antan.

... La suite dans Causette #92.


Fesse is the new face

Des mois que vous vous escrimez à perdre des fesses ? Arrêtez tout, malheureuse ! « Fini, les brindilles, nos corps adoptent des formes généreuses comme celles des Brésiliennes », nous alerte Paris Match dans son numéro du 16 au 22 août. Et si, par le plus regrettable des hasards, votre corps ne se conformait pas au doigt et à l’oeil à ce « nouveau standard » (quelle mauvaise grâce, tout de même !), l’hebdomadaire a la solution. Pour « améliorer votre séant », suggère-t-il, il y a « le lipofilling », soit une greffe de cellules graisseuses (oui, celles-là mêmes qu’il fallait jusqu’alors éliminer coûte que coûte).

... La suite dans Causette #92.


Le petit personnel, c’est plus c’que c’était

C’est ce qu’on appelle une saine colère. Mi-juillet, la blogueuse beauté koweïtienne Sondos al-Qattan s’est fendue d’une vidéo révoltée sur Instagram, pour dénoncer la nouvelle réglementation du travail des domestiques philippin·es. Oui, car à l’issue d’une importante crise diplomatique entre les deux pays (déclenchée après que le cadavre d’une employée de maison a été découvert dans le congélateur de ses employeurs), le Koweït a fini par accorder, en mai, quelques droits aux 262 000 Philippin·es qui travaillent sur son sol. Comme celui de conserver leur passeport. Mais pour Sondos al-Qattan, c’en est déjà trop.

... La suite dans Causette #92.

Publié le 03 Septembre 2018
Auteur : Aurélia Blanc, Anna Cuxac | Photo : illustration : Gros
10005 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette