Litterature Publié le 03 Juillet 2018 par Lauren Malka

Sarah Gysler, immense ''petite''

blog post image

Du haut de ses 23 ans, “l’aventurière fauchée” a déjà parcouru le monde. Des expériences incroyables qu’elle partage sur son blog. Elle signe un roman d’apprentissage où elle raconte comment la route l’a sauvée.

C’est sur Skype que nous prenons contact avec elle. Sarah Gysler n’est pas à l’aise en société, elle l’explique dans son livre. Comme pour de nombreux timides, ce type de communication lui convient bien. Sarah Gysler est connue par des milliers d’internautes comme blogueuse sous le nom de « l’aventurière fauchée ». Tignasse noire corbeau, visage pâle, corps menu, vingt tatouages et une voix ennuagée… On peine à l’imaginer, mais la jeune fille de 23 ans parcourt le monde à pied depuis plus de trois ans sans un sou en poche. Loin de sa famille, de l’école et des « petits » jobs qu’elle a quittés sans regret, elle a déjà traversé une partie de l’Europe en auto-stop, le lac Baïkal gelé à pied, l’Atlantique à la voile, parcouru la Mongolie, la Colombie...

Dès qu’elle trouve un peu de réseau pour se connecter à Internet, elle raconte ses aventures aux lecteurs sous forme d’anecdotes personnelles ou de lettres. Parfois, quelques photos et des vidéos. Son style ? Celui d’une jeune blogueuse de notre temps, biberonnée aux séries télé, qui aurait trempé sa plume dans l’encre de Salinger. Le même refus de choisir entre les appétits contraires : ceux de la révolte et de la lumière, ceux des tripes et de l’esprit. Pourquoi « fauchée » ? C’est un choix un peu cinglé, mais bien pensé, dont elle s’attache précisément à démêler les raisons et déraisons dans le livre qu’elle publie aujourd’hui : Petite. Car non, ce récit n’est pas un condensé de son blog ni un énième tuto pour « tout plaquer ». Sarah Gysler – c’est là toute son audace – a choisi de consacrer la première partie de son livre à sa vie « avant » le grand saut. Les épreuves personnelles, familiales, les humiliations sociales qui l’ont amenée à attraper son bâton de pèlerin, comme ultime recours, pour apprivoiser sa solitude.

... La suite dans Causette #91.

Publié le 03 Juillet 2018
Auteur : Lauren Malka | Photo : © S. Gysler - DR
12806 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette