Politique Publié le 06 Février 2018 par PROPOS RECUEILLIS PAR VIRGINIE ROELS, AVEC IRIS DERŒUX

En guerre contre les barons du PS Delphine Batho

blog post image

Fin mars, les militants socialistes vont désigner leur chef. Parmi les candidats, il n’y aura pas de femmes. Bien que disqualifiée, Delphine Batho, ancienne ministre de l’Écologie, actuelle députée des Deux-Sèvres, n’a pas dit son dernier mot. Elle dénonce un système mafieux, un vote falsifié

CAUSETTE : Pourquoi rester au Parti socialiste ?

DELPHINE BATHO : Parce que je suis contre l’émiettement façon puzzle de la gauche et que la vie démocratique en France a besoin d’une formation socialiste et écologiste qui s’assume comme un parti de gouvernement. Il faut tenir les deux bouts, celui de l’espérance, de l’émancipation des femmes, de l’écologie, de la laïcité, et celui de la crédibilité. Beaucoup de citoyens attendent une offre politique de cette nature et ne la trouvent pas dans le paysage actuel. Cet espace existe, mais depuis la déroute de l’élection présidentielle, le PS est dans le déni, comme si tout pouvait continuer comme avant.

Vous parlez de remettre les citoyens au cœur du débat. C’est un thème très à la mode, mais pour le PS, n’est-ce pas trop tard ?

D. B. : C’est maintenant ou jamais. Après une défaite de cette ampleur, il faut s’ouvrir aux énergies nouvelles, reprendre de l’oxygène, comprendre que la déroute n’est pas seulement due à la politique du précédent gouvernement, mais aussi à l’absence d’un projet de société. La direction du PS fait le choix inverse, celui de l’enfermement, de l’entre-soi.

Il y a presque un problème de « mise à jour » de votre parti ?

D. B. : C’est exactement ça, un problème de mise à jour et de réinitialisation du logiciel !

... La suite dans Causette #86.

Publié le 06 Février 2018
Auteur : PROPOS RECUEILLIS PAR VIRGINIE ROELS, AVEC IRIS DERŒUX | Photo : © M. FREY/RESERVOIR PHOTO
1220 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette