La cabine d'effeuillage Publié le 02 Janvier 2018 par Sarah Gandillot

Félix Moati : tout feu tout flamme

blog post image

Il n’a que 27 ans, mais cela fait déjà dix ans qu’il occupe le paysage cinématographique français. Trois films en 2017 ont confirmé son talent d’acteur. Ce mois-ci, Félix Moati prépare son premier long-métrage et tient le premier rôle dans Gaspard va au mariage. Voilà un jeune homme avec qui il faudra désormais compter.

« Au moment de chercher l’acteur pour mon film Simon et Théodore, le nom de Félix Moati a circulé. J’avais une image de lui ado, je ne m’étais pas rendu compte qu’il était devenu un homme », se souvient le réalisateur Mikael Buch, dont le très joli film en question est sorti mi-novembre sur les écrans. Avec Félix Moati dedans, donc. Voilà. Tout est dit.

On ne l’avait pas vu venir, mais Félix Moati, 27 ans, est devenu un homme. Et cela fait déjà dix ans, oui, dix ans, qu’il fait du cinéma. C’est con, mais en ce qui le concerne, on en était presque resté·es à LOL, le film de Liza Azuelos, qui, s’il n’a pas marqué l’histoire du cinéma, a eu le mérite de révéler celui qui n’était à l’époque qu’un tout jeune garçon. Sorti en 2009, le film racontait la vie d’une jeune ado un peu bourge et de sa bande de potes. La Boum, version années 2000. Avec, d’ailleurs, Sophie Marceau dans le rôle de la mère de ladite ado. Succès phénoménal au box-office : plus de 3,5 millions de spectateurs.

Une entrée fracassante dans le paysage public pour le minot qui est alors en hypokhâgne, au lycée Victor-Hugo, à Paris. C’est son prof de théâtre qui l’avait inscrit au casting du film. « J’ai commencé avec cette expérience un peu étrange. En même temps, en cours, j’avais droit à quelques ricanements de la part de mes camarades. Personnellement, je me sentais à des années-lumière des préoccupations des jeunes gens dépeints dans le film. Et à la fois, le film était surpuissant, il fallait donc que je le défende dignement. Je m’en suis sorti en me disant que j’allais abandonner l’esprit de sérieux et n’en faire qu’à ma tête. » Pas évident car, à cette époque, le jeune homme est intérieurement « assommé de questions et d’effondrements ». Il déteste cet âge qui s’avère pour lui « la période la plus pourrie de [son] existence ». Et de citer Nizan pour résumer la chose : « J’avais 20 ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie. Tout menace de ruine un jeune homme : l’amour, les idées, la perte de sa famille, l’entrée parmi les grandes personnes. » Félix Moati est un beau parleur. Il trouve les bons mots, les bonnes références et sait s’en servir. Il a du charme et semble en être assez conscient. Il n’en est pas moins agréable.

... La suite dans Causette #85.

Publié le 02 Janvier 2018
Auteur : Sarah Gandillot | Photo : WILLIAM BEAUCARDET POUR CAUSETTE
4917 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette