Enquete Publié le 02 Janvier 2018 par Sophie Boutboul

Stop aux écoles toxiques ! Pollution

blog post image

Un collège fermé et la peur au ventre : mi-novembre, les parents d’élèves de Saint-Exupéry, à Vincennes, ont découvert du jour au lendemain que leurs enfants avaient été exposé·es à des toxiques. À Montreuil, des familles se battent pour fermer plusieurs écoles proches d’une usine défaillante. Il ne s’agit pas de cas isolés. En France, plus de mille cent établissements scolaires ont été construits sur ou à proximité de sites pollués, sans que le principe de précaution ne soit toujours appliqué.

Au coeur de l’hiver, le 13 novembre, les 650 élèves du collège Saint-Exupéry de Vincennes (Val-de-Marne) sont réunis dans la cour de récréation. La direction leur distribue un courrier pour leurs parents. Celui-ci atteste de « la présence de solvants chlorés » au collège, mais aussi à la crèche et dans la cantine de la maternelle. Une semaine plus tard, les établissements ferment. « On envoie nos enfants dans une école publique en se disant qu’ils y seront en sécurité et, en fait, non, elle est construite sur un site pollué », déplore Caroline Imerzoukène, mère d’une élève de troisième.

Tout a commencé par une étude sanitaire, obligatoire avant des travaux. Fin septembre 2017, le département découvre que, de 1900 à 1970, le site a été occupé par les Établissements BAC, une usine de fabrication d’oeillets métalliques. Des analyses sont entreprises dans le collège et révèlent une pollution de l’air intérieur de 70 %. En cause : le tétrachloroéthylène (PCE), un « cancérogène probable », et le trichloroéthylène (TCE), cancérogène, mutagène et toxique. Pour le PCE, les taux sont jusqu’à cent fois supérieurs à la valeur repère recommandée par le Haut Conseil de la santé publique ; vingt fois pour le TCE. Le principe de précaution, inscrit dans la loi en 1995, selon lequel « l’absence de certitudes ne doit pas retarder l’adoption de mesures visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l’environnement », est appliqué, sans ménager les parents ni les enseignants.

... La suite dans Causette #85.

Publié le 02 Janvier 2018
Auteur : Sophie Boutboul | Photo : © A. MORISSARD/IP3/MAXPPP
7724 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette