Société Publié le 02 Janvier 2018 par Angela Bolis

Baby-blues dans la Drôme

blog post image

À Die, la plus petite maternité de France devrait avoir fermé ses portes le 31 décembre, après trente ans de combat pour la maintenir en activité. Certaines femmes devront désormais faire plus d’une heure trente de route pour aller accoucher dans les établissements les plus proches.

À la maternité de Die, retentira le cri d’un dernier nouveau-né. Le 31 décembre, l’établissement, qui est la plus petite maternité de France, doit fermer ses portes. Rien n’y aura fait : ni les manifestations, les pétitions, les recours juridiques, ni les actions symboliques telles qu’une fausse aire d’accouchement installée, en décembre, en bord de route par des femmes enceintes, signifiant ainsi leur angoisse de ne pas arriver à temps à l’hôpital. Le combat pour sauvegarder cette petite maternité d’un territoire rural de la Drôme aura duré trente ans !

Depuis 1987, en effet, les autorités n’ont eu de cesse d’annoncer la mort de cette structure, au motif de sa petite taille. Seuls 97 bébés y sont nés en 2017. On est bien loin du seuil de 300 accouchements par an, en deçà duquel une maternité doit être fermée pour cause de manque de pratique du personnel. Maintes fois menacée, elle ne fut jusque-là sauvée que grâce à une dérogation prévoyant le maintien d’une maternité si sa fermeture impose à la mère sur le point d’accoucher « un temps de trajet excessif ». Il ne doit pas dépasser, selon des experts, 45 minutes. Or dans le Diois, certains villages sont à plus de 90 minutes de route des hôpitaux les plus proches, à Valence ou Gap.

... La suite dans Causette #85.

Publié le 02 Janvier 2018
Auteur : Angela Bolis | Photo : © A. BOLIS
6524 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette