Enquete Publié le 05 Décembre 2017 par Sophie Boutboul

La mécanique de l’emprise Violences sexuelles

blog post image

Elles ont été violentées par un homme célèbre, un notable ou un grand patron. Aussi perturbant que cela puisse paraître à certain·es, des victimes ont parfois continué à fréquenter leur agresseur. La plupart ont mis des années avant de le dénoncer. À travers leurs témoignages, nous avons voulu comprendre le mécanisme de l’emprise, lorsque l’agression est commise par celui ou celle qui a le pouvoir.

« Pourquoi elle n’a pas parlé plus tôt ? » ; « Moi, je serais partie ». C’est le genre de commentaires que l’on peut lire sur les réseaux sociaux, en réaction aux affaires Weinstein, Ramadan, Polanski, ou encore sur Twitter avec « #balancetonporc ». Si certaines remarques relèvent de la bêtise, d’autres dénotent une incompréhension réelle. Pour beaucoup, il est impensable qu’une victime de violences répétées puisse continuer à discuter, fréquenter, parfois même travailler avec son agresseur. C’est mésestimer ou méconnaître l’emprise que ce dernier peut exercer sur sa victime. Une emprise décuplée par le fait qu’il soit perçu comme omnipotent par la société. Victimes d’hommes influents – célébrité, patron –, trois femmes témoignent pour nous permettre de mieux comprendre les ressorts du silence et de la peur.

... La suite dans Causette #84.

Publié le 05 Décembre 2017
Auteur : Sophie Boutboul | Photo : ©Bridgeman
9595 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette