La cabine d'effeuillage Publié le 07 Janvier 2011 par Etienne CASSAGNE

George Clooney Tintin au Soudan

blog post image

À l’approche du référendum historique qui doit se tenir le 9 janvier prochain et déterminer l’avenir du Soudan, Causette s’est penchée sur les « sponsors » qui s’agitent autour de George Clooney : engagé jusqu’au cou pour la cause du Darfour, l’acteur le plus classe d’Hollywood, le redoutable homme-sandwich des cafés Nespresso a mis son atout charme au service des « droits de l’Homme », et accessoirement à celui du dépeçage du plus grand pays d’Afrique.

 

 

Qu’on ne s’y trompe pas. C’est le premier génocide du XXIe siècle, et si on permet qu’il se poursuive, ce ne sera pas le dernier. Ce génocide est en train de se passer sous nos yeux. Ce sera notre Rwanda, votre Cambodge, notre Auschwitz. » Cet avertissement solennel, George Clooney l’a lancé lors d’une conférence de presse aux Nations unies, au mois de septembre 2006. Le célèbre médecin de la série Urgences répondait à l’invitation du « diplomate » John R. Bolton, alors ambassadeur US à l’ONU. La scène frise le surréalisme : un acteur dit de gauche, farouche opposant à la politique de George W. Bush, assis aux côtés du prix Nobel de la paix Elie Wiesel et du néo-conservateur va-t-en-guerre John R. Bolton, républicain brutal dont la moustache fournie n’a jamais masqué un profond mépris pour l’ONU, la communauté internationale en général et les interventions humanitaires en particulier.

 

Qu’est donc venu faire le roi George dans cette galère ? Que les lectrices de Causette se rassurent, leur journal préféré est, comme le sieur Clooney, infiniment sensible à la cause des malheureux Soudanais. Déchiré par une interminable guerre civile qui a fait près de deux millions de victimes, le plus grand pays d’Afrique pourrait être divisé en deux si les habitants originaires du sud décidaient de se séparer du nord, à l’occasion d’un référendum qui doit se dérouler le 9 janvier prochain. Mais si George Clooney a signé au mois d’octobre une nouvelle tribune du Washington Post pour souligner l’impérieuse nécessité de ce référendum, c’est bien la cause du Darfour qui l’a engagé dans l’imbroglio soudanais.

 

 

... la suite dans Causette #12 ...

Publié le 07 Janvier 2011
Auteur : Etienne CASSAGNE | Photo : Sherren ZORBA / AP / SIPA
4694 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette