Enquete Publié le 02 Octobre 2017 par Marie Barbier

France Javelle, la vie 'à bas prix' Tati

blog post image

Employée du magasin Tati de Barbès, à Paris, pendant vingt-quatre ans, cette cadre de 53 ans s’est donné la mort en janvier 2012. Les longues lettres qu’elle a laissées dénoncent le harcèlement moral qu’elle aurait subi et sont un témoignage rare sur la souffrance au travail. Son ancienne directrice devrait être jugée en décembre. Pas les anciens dirigeants de Tati, qui n’ont pas été inquiétés.

 

Ils sont quelques-uns, salariés de Tati, à Barbès, à continuer de l’épingler à leur poitrine. Un pin’s discret, sans slogan ni revendication, la simple photo d’une femme brune souriante. « Il n’y a pas un jour sans que l’on ne pense à France, confie Nicole Coger, déléguée syndicale CGT. Les cadres, eux, ont oublié et certains ont repris leurs mauvaises habitudes, mais nous, on en parle souvent. » « Je voulais dire à la direction : “Regardez-bien ce que vous avez fait, vous ne vous en sortirez pas impunément” », précise Élisabeth Brière, qui a créé ce pin’s quelques semaines après le suicide de sa meilleure amie. Pour les salariés de Tati, ce badge rappelle aussi que le travail peut tuer, parfois en toute discrétion.

Cadre du magasin historique à Barbès, Paris XVIIIe, France Javelle s’est donné la mort en janvier 2012. Avant d’avaler du produit pour déboucher les canalisations dans son HLM d’Argenteuil (Val-d’Oise), elle a pris le temps d’écrire de nombreuses lettres que nous avons pu consulter en partie. D’une écriture ronde, parfois brisée, elle dénonce froidement, sur des dizaines de feuilles à petits carreaux, ce qu’elle a subi les quinze derniers mois de sa vie. Des faits précis, des noms, des dates. « C’est un journal de bord de son harcèlement moral, raconte une source proche de l’enquête. Un testament pour que justice lui soit rendue. » Elle écrit : « J’ai pris la ferme décision, la seule qui me sorte du désastre, car, de toute façon, le souhait est de me faire démissionner. Mais je ne veux pas [leur] faire cette joie de partir de l’entreprise après toutes ces années consacrées au travail. » Mourir, plutôt que de quitter Tati. 

... La suite dans Causette #82 !

 

“Le harcèlement moral n’est pas une histoire de personnes, mais de pratiques managériales ” 

 

Depuis quelques décennies, le harcèlement moral semble être un outil stratégique des entreprises pour licencier des salariés sans indemnités. Pour en démonter le mécanisme, Causette a interrogé Marie Pezé, docteure en psychologie et responsable du réseau Souffrance et Travail

 

 

 

... La suite dans Causette #82 !

Publié le 02 Octobre 2017
Auteur : Marie Barbier | Photo : Illustration : Camille Besse
37482 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette