Vroum Vroum ! Publié le 02 Octobre 2017 par Thomas Dusseau

Le gang de la clé à molette

blog post image

Hier derrière leur bureau, aujourd’hui le nez sous le capot... La tendance est encore timide, mais les femmes sont de plus en plus nombreuses à se faire une place dans les garages de réparation automobile, côté atelier. Causette a rencontré ces mécanos et peintres-carrossières qui, balayant les remarques machistes et les soupçons d’incompétence, osent exercer le métier qui leur plaît. Quitte à devenir parfois leur propre patron pour y parvenir.

 

« À chaque fois que mon mari allait faire le plein, je lui disais : ‘‘Surtout, tu me le dis, je viens avec toi.’’ Il fallait que je sente l’essence, c’était mon envie. Et, aujourd’hui, ma fille est mécano. » Au téléphone, Catherine Ladam rit. Et se demande encore si le fait d’avoir respiré tous ces effluves pendant sa deuxième grossesse n’a pas un lien avec l’orientation professionnelle d’Aurélie, 26 ans cette année. Une simple coïncidence ? La suite de l’histoire alimente et renforce le doute : « Je n’aimais pas les choux de Bruxelles, mais j’en aurais mangé sur la tête d’un pouilleux quand j’étais enceinte de mon fils. Il travaille dans la restauration ! », s’exclame la mère de famille. Une famille dans laquelle personne, jusqu’à ce qu’Aurélie convainque le garagiste situé en bas de chez elle de la prendre en stage en classe de quatrième, n’avait jamais fait une vidange. Ni porté aussi fièrement un bleu de travail. « À la fin de la semaine, il était tellement sale et raide qu’il tenait tout seul debout », se souvient cette jeune femme toute menue et surnommée « ma petite mécano en string » par des amis proches depuis le jour où elle avait dépanné l’un d’entre eux au pied levé. Ce qui, dit-elle, la fait rire. 

... La suite dans le Causette #82 !

Publié le 02 Octobre 2017
Auteur : Thomas Dusseau | Photo : Thomas Dusseau
724 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette