Litterature Publié le 05 Septembre 2017 par Iris Deroeux

Meilleur espoir américain Brit Bennett

blog post image

Rencontre avec la romancière et essayiste américaine Brit Bennett qui publie, à 27 ans, son premier roman, Le Cœur battant de nos mères. S’inscrivant dans la longue lignée des auteurs africains-américains qui documentent avec brio l’Amérique noire, Brit Bennett livre un récit croisant les voix et les regards, jamais donneur de leçon, avec, comme fil rouge, le sujet pourtant Ô combien sensible de l’avortement.

Nous voulions éviter de parler de Donald Trump, nous n’avons pas réussi. Comme si tout auteur progressiste arrivant des États-Unis nous était désormais redevable, devait donner du sens à l’insensé, nous raconter une histoire qui ne se termine pas trop mal... Impossible, donc, de s’en tenir à une discussion littéraire sur le premier roman de Brit Bennett, Le Cœur battant de nos mères, un texte écrit au début de l’ère Obama (ce qui semble être une éternité !), sorti aux États-Unis en 2016 et enfin publié en France. D’où sa présence à Paris, cet été, où nous la rencontrons. Brit Bennett, 27 ans, incarne tant et si bien l’Amérique du premier président africain-américain que son trouble face au « trumpisme » est palpable. C’est physique. « J’associe la période Obama à une ouverture du champ des possibles, ne serait-ce que dans nos têtes. J’ai désormais l’impression que tout se ferme. Tout rétrécit », confie l’auteure, épaules rentrées, regard dans le vide.

Publié le 05 Septembre 2017
Auteur : Iris Deroeux | Photo : B. Klein / DR
1296 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette