Questionnaire de Woolf Publié le 05 Septembre 2017 par Propos recueillis par Sarah Gandillot

Anaïs Croze

blog post image

Souvenez-vous. C'était en 2005. Anaïs débarquait avec Mon cœur mon amour et, tout de suite, la chanson fut sur toutes les lèvres. Après quelques détours plus ou moins expérimentaux, la chanteuse a retrouvé [son] mojo, et revient avec Divergente, son nouvel album. Toujours aussi rigolote.

Causette : Les livres marquants de la bibliothèque de vos parents ?

Anaïs : Enfant, j’ai dévoré plusieurs fois les trois ou quatre volumes des contes d’Italo Calvino. Il avait repris le folklore de tous les contes à base de princesses, sorcières, grenouilles, rois, princes charmants, et j’étais fascinée par toutes les combinai- sons possibles que l’on pouvait imagi- ner avec cette base. Roald Dahl, aussi, son sens de l’humour et son humanité... avec une tendresse particulière pour Moi, Boy, sur son enfance dans un pensionnat anglais. Adolescente, j’ai découvert dans leur bibliothèque Washington Square, de Henry James, et Tennessee Williams, avec Le Printemps romain de Mrs Stone... Mon père est un grand collectionneur de bandes dessinées, alors je les dévorais. J’ai gardé, depuis, un grand attachement pour Yoko Tsuno, une des rares héroïnes de BD...

Les lieux de votre enfance ?

A : Je suis née à La Tronche, pas mal pour entamer son existence... Et j’ai passé mon enfance à Mulhouse, j’en avais de très bons souvenirs. Malheureusement, j’y suis repassée en tournée avec mon premier groupe, et je dois dire que c’est assez sinistre. J’adore, d’ailleurs, me faire des private jokes, je l’avoue, purement gra- tuites sur Mulhouse. Mais si je me permets ça, c’est parce que je garde une tendresse pour cette ville et les moricettes... Ah ! les moricettes... des petits sandwichs en bretzel avec beurre et salami, ma made- leine de Proust ! Et puis l’Ardèche. J’ai tellement joué dans les vignes que ça a dû influer sur mon amour pour le vin et mes personnages borrachos sur scène ! L’année dernière, j’ai même posté un sketch intitulé Le Yoga rosé, dans lequel je fais des figures improbables, telles que le viognier Pilates, ou le yoga Rihanna, devant les vignes et la montagne Sainte-Victoire...

... La suite dans le Causette #81 ! 

Publié le 05 Septembre 2017
Auteur : Propos recueillis par Sarah Gandillot | Photo : S. Jeddi
9813 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette