Reportages Publié le 05 Septembre 2017 par Anaïs Coignac

Complètement Gagaouze

blog post image

Région autonome aux confins de la Moldavie, la Gagaouzie est l’un des derniers confettis de l’espace russophone en Europe. Chrétiens d’origine turque,les Gagaouzes forment un peuple à part, tourné vers la Russie quand le pays continue de croire en l’Union européenne. Leur histoire est celle d’une minorité aux rendez-vous manqués. Un conte moderne des limbes du Vieux Continent.

Dans le berceau, seul apparaît le visage rose et endormi du nourrisson. Son petit corps de 40 jours a disparu, emmailloté dans les couvertures. Autour de lui, des billets de banque moldaves caressent des icônes orthodoxes. Selon le rituel gagaouze du baptême, Elena Cambur, la krestnaja (marraine en russe), dénude le chérubin avant de le plonger dans la baignoire remplie d’eau chaude, avec quelques pièces, billets, graines de blé et un stylo. La promesse d’une vie prospère. Les générations passées ont connu la chute de l’Union soviétique, la fermeture des industries et des fermes kolkhoziennes, le manque d’emploi, les petites retraites, le pouvoir d’achat anémié et l’éclatement des familles avec l’exil en Russie, en Turquie ou en Europe. Alors, en ce jour de fête chez les Petkovici, dans le village gagaouze de Djoltaï, tous célèbrent l’espoir d’un destin meilleur pour l’enfant Kiril. « Qu’il reste toujours proche de ses parents », lance la grand-mère en gagaouze, le verre levé devant l’assemblée.

... La suite dans le Causette #81 ! 

Publié le 05 Septembre 2017
Auteur : Anaïs Coignac | Photo : Julien Pebrel pour Causette
2305 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette