Tribune Publié le 25 Juillet 2017

100 élus pour l'inéligibilité des salauds 26/07/17

blog post image

Laurence Rossignol, Marisol Touraine, Benoit Hamon, Sandrine Rousseau, Isabelle Attard, Elen Debost, Julien Bayou, Madeline Da Silva… Plus d’une centaine d’élus signent aujourd’hui en exclusivité une tribune dans Causette pour que les auteurs de violences envers les femmes soient inéligibles.

A l'occasion de l'examen des projets de loi sur la moralisation de la vie publique, Causette avait alerté ses lecteurs sur le petit oubli de la majorité concernant l’inéligibilité d’élus condamnés pour des faits de violences faites aux femmes. Le 11 juillet, un amendement de Laurence Rossignol (PS) prévoyant l'inéligibilité en cas de condamnation pour "harcèlement sexuel et/ou moral, notamment dans le cadre de rapports hiérarchiques" avait été adopté à l’unanimité au Sénat, mais contre l’avis du gouvernement.

Le 24 juillet, cet amendement a été examiné par l’Assemblée nationale, qui l’a modifié dans le bon sens. Pour autant, rien n’est tout à fait gagné puisque celui-ci doit passer devant une commission mixte paritaire (rassemblant 7 députés et 7 sénateurs). Bilan, il va falloir continuer à veiller au grain jusqu’à ce qu’un texte soit adopté.

En mars 2017, une pétition avait déjà été lancée (alors que Denis Baupin avait bénéficié d’un non lieu et qu’il avait annoncé porter à son tour plainte contre ses accusatrices), afin d’interpeller les candidats sur cette peine d’inéligibilité complémentaire en cas de violences faites aux femmes. C’est dans cette continuité que Madeline Da Silva, maire adjointe des Lilas (93), à l’origine de cette pétition, a proposé une tribune aux élu.e.s et personnalités politiques. Tribune que nous avons accepté de publier, indépendamment des étiquettes politiques de ceux qui l’ont signée.

TRIBUNE
Violences faites aux femmes : inéligibilité !

Parce que nous représentons la République et que nous en portons les valeurs démocratiques.
Parce que 84000 femmes par an victimes de viols, tentatives de viol et autres agressions sexuelles (par une personne connue de la victime) est un chiffre inadmissible et qu'il est de notre responsabilité à tous de le faire évoluer
Parce que nous pensons que lutter contre les violences faites aux femmes c'est d'abord s'assurer qu'en notre sein aucune femme ne sera agressée par ses pairs
Parce que, de par notre fonction, nous devons représenter toutes les victimes d'agression passées ou à venir
Parce que nous n'accepterons plus jamais d'être témoins de ces violences sans pouvoir agir et compter sur la justice
Parce que nous considérons que le combat contre les violences faites aux femmes est un combat collectif qui doit d'abord être porté par tous les élu.e.s de la République
Parce que la vigilance aura toujours plus de poids si les sanctions portées sont fortes et symboliques
Parce que la peine d'inéligibilité, portée par l'article L222-45 du Code pénal est très peu prononcée en tant que peine complémentaire
Parce que la République doit être exemplaire et protéger avant tout
Nous, femmes et hommes élu.e.s de la République et personnalités politiques, souhaitons que quiconque jugé coupable de ce type de violence ne puisse briguer ou conserver un mandat d'élu.e de la République.
Nous soutenons cette pétition et réclamons l’instauration de la peine obligatoire d'inéligibilité pour quiconque jugé coupable de violences faites aux femmes (ceci est différent d'une peine automatique et laisse au juge sa capacité d'appréciation).
Pour rejoindre les 91 964 citoyens qui ont signé la pétition pour demander cette peine d'inéligibilité en cliquant ici.

Principaux signataires :

Madeline Da Silva, maire-adjointe
Laurence Rossignol, sénatrice
Benoît Hamon, conseiller régional d'Île-de-France
Marisol Touraine, ancienne ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes
Estelle Grelier, conseillière régionale
Elen Debost, maire-adjointe
Sandrine Rousseau, secrétaire nationale adjointe d'EELV
Isabelle Attard, ancienne députée du Calvados 
Annie Lahmer, conseillère régionale d'Île-de-France
Daniel Guiraud, maire
Julien Bayou, conseiller régional 

 

Publié le 25 Juillet 2017
| Photo : Wikipedia commons
11030 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette