Politique Publié le 05 Juillet 2017 par Anna Cuxac

Simone Veil : l’indécente récupération 05/07/2017

blog post image

À l’heure où la France accompagnait Simone Veil dans son dernier voyage, où sa famille, ainsi que des chefs d’État du monde entier lui rendaient hommage dans la cour des Invalides, le mouvement anti-IVG Les Survivants en a profité pour mettre en place une odieuse campagne de récupération.

EDIT: Bonne nouvelle ! Nos efforts ont payé, mercredi en fin d'après-midi OVH a suspendu le site "pour utilisation illicite du nom et de l'image de Simone Veil". Contacté par nos soins, l'hébergeur explique que c'est la famille qui a demandé le retrait du site. 

Peut-être pleurez-vous le décès Simone Veil, celle qui permit la légalisation de l’IVG. Peut-être tomberez-vous, dans les jours qui viennent, sur le site « simoneveil.com ». Quelle ne sera pas votre surprise, voire votre dégoût, quand vous apprendrez alors qui a créé ce site : le groupuscule Les Survivants, qui n’a pas hésité à récupérer l’image de la défunte à des fins de propagande… anti-IVG.

Le nom de domaine a été acheté en septembre 2016, selon Le Parisien, qui a interviewé le fondateur et leader des Survivants Émile Duport : « On avait d’abord pensé l’interviewer, mais on savait qu’elle était souffrante et on ne voulait pas instrumentaliser une personne âgée. On s’est alors lancés dans ce projet et on a attendu sa mort pour lancer un premier visuel hommage sur les réseaux sociaux. » Une explication qui, déjà, était à vous donner la nausée. L’exploration du site va plus loin encore dans l’indécence. On y lit des élucubrations que rien n’étaye : selon les survivants, l’esprit de la loi Veil et Simone Veil elle-même aurait été « trahie » par « les défenseurs actuels de l’avortement ». Il faut donc, selon eux, rectifier le tir et récrire le mythe. Sur le site, ils s’interrogent : Comment se fait-il qu’« en moins de cinquante ans, nous [soyons] passé d’un mal nécessaire à un progrès. » C’est la notion de « progrès » qui chiffonne ce collectif de néoréacs, terriblement déterminés à culpabiliser les femmes et à emmerder les féministes. Des féministes qui, pour certaines, se sont hélas fait berner.

Jugez plutôt : En annonçant la mise en ligne de simoneveil.com ce matin du 5 juillet, les activistes des Survivants en ont profité pour narguer les personnes qui ont posté, sans le savoir, une image stylisée de Veil qui se trouve être un visuel de leur composition !

Depuis quelques jours, ce visuel servait à rendre hommage dans les sphères féministes, qui le partageaient depuis sa source, la page Facebook « Mme Simone Veil ».

Causette a elle-même reçu, mardi 4 juillet, un message bien étonnant sur Facebook, qui l’ encourageait vivement à faire circuler l’image.

Ô surprise, en cliquant sur le lien de l’image vingt-quatre heures plus tard, on est dirigé directement vers la page Facebook Mme Simone Veil, qui, elle-même redirige vers… le site des Survivants. On aurait pu tomber dans le panneau, manque de pot pour eux, nous avions publié nos propres articles rendant hommage à Simone Veil. Quoi qu’il en soit, il reste urgent de faire savoir au plus grand nombre leurs intentions cachées pour mieux les contrer. Depuis les débuts du mouvement, l’année dernière, Causette suit leurs frasques et leur met des bâtons dans les roues. Rappel de leurs gesticulations à l’encontre du choix des femmes.

- À la fin du mois du juin, la mobilisation des lectrices et lecteurs de Causette a permis d’entraver l’appel aux dons des Survivants pour mener un grand tour de France de propagande anti-IVG. Toutes les infos ici. Ils poursuivent néanmoins leur financement participatif sur leur propre site.

- En avril, puis en juin, ils lançaient deux campagnes d’affichages sauvages dans le métro puis les Abribus parisiens. La RATP envisageait de porter plainte. JCDecaux l’a fait.

- À l’automne 2016, ils faisaient irruption sur le plateau de Touche pas à mon poste avec leurs t-shirts de djeuns.

- Début juin 2016, ils se lançaient dans un happening dans le centre de Paris. Infiltrées à leur réunion préparatoire, nous avions ensuite publié une enquête sur leurs méthodes de communication. Voici notre article en version intégrale.

La Confédération du Planning Familial et le collectif #CeciNestPasUnCintre ont décidé de réagir à cette nouvelle attaque en lançant une pétition visant à supprimer le site.

Publié le 05 Juillet 2017
Auteur : Anna Cuxac | Photo : capture d'écran RT France
76364 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette