Politique Publié le 12 Novembre 2010 par Léa Lejeune

Lobby européen des femmes Groupe d'action discrète

blog post image

Cette organisation, qui représente 2500 associations de terrain, est la seule à défendre spécifiquement les droits des femmes en Europe. Financée et reconnue par la Commission, elle agit discrètement sur les textes législatifs et auprès des députés pour faire appliquer des positions parfois extrêmes, parfois issues d'un consensus hésitant...

« Personne ne s'intéresse aux femmes. Dans les organisations internationales, auprès des États, les pauvres ont nombre de défenseurs, les immigrés aussi, mais pas nous », assure Myria Vassiliadou, secrétaire générale du Lobby européen des femmes (LEF). Comment le nier lorsque l'on scrute l'assemblée clairsemée réunie ce 28 septembre à 15 heures ? Au cœur du Parlement européen, dans l'un de ces amphis sans caractère, froids, soixante-dix personnes sont rassemblées pour assister à un « public hearing ». Une audition publique qui permet de porter au regard des rares députés européens présents les problèmes qui touchent une catégorie de population particulière. Le sujet du débat ? « Comment la pauvreté affecte les femmes dans l'Union européenne ».

 

Sur chaque question abordée par la commission Femmes, « le Lobby est au centre, car c'est la seule organisation européenne à intervenir pour parler des femmes et seulement des femmes. » Pendant deux heures, Myria prend quelques notes, assise au premier rang à côté d'un ministre suédois au crâne dégarni. Aux mouvements de ses mains, le stress est palpable. Au micro, cette Chypriote qui représente les Européennes rappelle que « la pauvreté a un visage de femmes en Europe ». Ou encore qu'en réaction au ralentissement économique, les États ont relancé l'industrie automobile et la construction -des secteurs masculins- au lieu de soutenir la fonction publique, principal pourvoyeur d'emploi des femmes. Elle ajoute que les systèmes de protection sociale et retraites sont encore construits sur le concept d'une carrière ininterrompue, principe que le LEF dénonce dans le « Livre vert sur les retraites » en préparation. Dans les gradins, Myria ne prêche que des personnes déjà renseignées sur ces questions et des convaincues. L'urgence de résorber la pauvreté des femmes ne fait, en théorie, pas débat.

 

 

... à lire dans Causette #11 ...

Publié le 12 Novembre 2010
Auteur : Léa Lejeune | Photo : Colin Delfosse pour Causette
4690 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette