Reportages Publié le 05 Juin 2017 par Laurène Daycard

LES FEMMES OUTRAGÉES, MARTYRISÉES, MAIS ENFIN LIBÉRÉES Mossoul

blog post image

En deux années et demie d’occupation à Mossoul, au nord de l’Irak, l’organisation État islamique a tenté de modeler une "femme nouvelle # à l’image de son idéologie. Causette s’est rendu dans les zones récemment libérées de l’est de la ville pour recueillir le témoignage de ses habitantes qui, jusqu’ici, ne pouvaient pas parler de l’enfer qu’elles ont traversé.

« La vraie beauté doit être cachée », lit-on en lettres arabes sur un muret aux alentours d’un bazar très fréquenté du centre de Mossoul. Ce gigantesque graffiti, assorti du dessin d’une silhouette fantomatique entièrement voilée, est l’un des derniers vestiges encore visibles de la propagande de l’organisation État islamique (EI). Nous sommes fin mars. Depuis presque deux mois, la partie orientale de la capitale irakienne du « califat » est de nouveau sous le contrôle des forces gouvernementales. Fréquemment, le bruit d’explosions rappelle que les combats contre l’EI continuent à l’Ouest, sur l’autre rive du Tigre. Malgré la peur d’une reconquête, malgré la faim, le manque d’eau potable et les coupures d’électricité, le quotidien reprend ses droits dans les interstices de ce paysage fracturé par la guerre.

Terrain d'expérimentation

Le 10 juin 2014, l’EI s’emparait de cette ville de 2 millions d’habitants, la deuxième du pays. Ses habitants, à majorité sunnite dans un pays dominé par les chiites, ont pu accueillir avec une certaine curiosité les soldats de l’EI, également sunnites. Mais Mossoul devient alors leur terrain d’expérimentation grandeur nature. Pendant deux ans et demi, les Mossouliotes vivent en quasi-autarcie. Pour les femmes, c’est le début de l’enfer.

... La suite dans Causette #79.

Publié le 05 Juin 2017
Auteur : Laurène Daycard | Photo : S SEBASTIAN CASTELIER POUR CAUSETTE
899 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette