Les couleurs du féminisme Publié le 05 Juin 2017 par Julia Tourneur

L'entretien de la femme olympique

blog post image

Trois médecins ont décidé de créer, en début d’année, un centre d’expertise sport santé au féminin au sein du Centre hospitalier des Pays de Morlaix, en Bretagne. Un lieu qui se veut novateur dans la prise en charge des pathologies des sportives, en particulier gynécologiques. Causette est allée voir ce qu’il s’y tramait.

Tous les mardis matin, dans son cabinet de gynécologie qui surplombe le parking du Centre hospitalier des Pays de Morlaix, le docteur Matthieu Muller, gynécologue, est dans les startingblocks. Il s’apprête à recevoir des patientes venues lui parler de sport ou d’activité physique, qu’elle soit intense ou modérée, et des pépins de santé que leur pratique peut engendrer. Problématique du choix de la contraception en adéquation avec leur pratique sportive, troubles des cycles, aménorrhée, dérèglements hormonaux, périnée ramollo qui flanche sous l’effort, pertes urinaires, voire incontinence, lésions cutanées des mamelons liées aux frottements des sous-vêtements, tuméfactions vulvaires lors d’efforts prolongés sur une selle de vélo, kystes aux lèvres… Mhmmmmm !

Pas de formation spécifique

C’est parce que tous ces soucis liés au sport peuvent avoir un véritable impact sur la santé des femmes, à court, moyen ou long terme, que le docteur Muller et ses deux acolytes, Gwenaëlle Madouas et Armand Mégret, médecins du sport, ont décidé d’ouvrir cette consultation spécialisée. Le déclic a eu lieu lors d’une rencontre de cyclisme entre gynécologues. Gwenaëlle Madouas est en charge de l’équipe de France féminine de cyclisme, Armand Mégret, médecin fédéral du sport. Rapidement, le trio prend conscience du manque de prise en charge des sportives. « Dans les congrès de gynécologie, la question des pathologies spécifiques n’est jamais évoquée. Je n’ai d’ailleurs jamais eu de cours sur l’activité physique, ni chez les hommes ni chez les femmes. Ce n’est pas dans la culture médicale française », fustige le docteur Muller, au détour d’une consultation. Ce centre consacré aux pathologies des sportives est doté d’un gynécologue, d’un médecin du sport, d’un cardiologue, d’un pneumologue, d’un kinésithérapeute et d’un nutritionniste.

... La suite dans Causette #79.

Publié le 05 Juin 2017
Auteur : Julia Tourneur | Photo : © E. PIERROT/AGENCE VU
660 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette