cinema Publié le 19 Mai 2017 par Ariane Allard

Barbalibar ! 19/05/17

blog post image

C'est le type même de proposition qui divise. Pensez donc : un cinéaste décoiffant – Mathieu Amalric – s'attaque à une icône de la chanson française – Barbara –, en conviant l'une des actrices les plus singulières de sa génération – Jeanne Balibar – pour l'incarner ! Gros défi... De fait, les débats ont démarré dès jeudi 18 mai au Festival de Cannes, lors de la projection officielle du film Barbara, en ouverture d'Un certain regard.


Rien de grave : juste une poignée de fans de la « Dame en noir » qui s'attendaient peut-être à découvrir un biopic révérencieux et qui, donc, n'ont pas manqué de râler à la vue de ce récit impressionniste, flamboyant et foutraque, dégainant leur désapprobation par un « On ne peut pas faire ça ! » outré au sortir de l'avant-première (le film sera en salle le 6 septembre). Les autres – la grande majorité – ont préféré saluer le geste artistique de Mathieu Amalric par une ovation debout. Bouleversés par cette liberté, tellement raccord avec l'ardente sensibilité de la diva fantasque. Tellement raccord, aussi, avec les longs-métrages précédents de cet acteur-auteur-réalisateur que la vie d'artistes et ses coulisses ont toujours passionné : que l'on se rappelle seulement de Tournée, prix de la mise en scène à Cannes en 2010 !


Balibar réinvente Barbara

Et puis... comment résister à l'interprétation de Jeanne Balibar ? Qu'elle parle, qu'elle chante (bien), qu'elle danse (très bien), se déplace ou sourie : elle est exceptionnelle. C'est bien simple, la brune comédienne ne joue pas Barbara, elle la réinvente. Même insolence, même incandescence, même féminité ravageuse, même émotion tout en syncopes et fulgurances. Même modernité. Bien sûr, il y a la ressemblance physique, presque trop évidente. Mais il y a surtout l'intelligence de Jeanne Balibar, qui jamais ne cherche à imiter Barbara.


Sans doute a-t-elle été aidée par la subtilité du scénario coécrit par Mathieu Amalric et Philippe Di Folco. Racontant un moment de vie d'une actrice engagée pour tourner... un biopic sur Barbara, tout dans ce film tourbillon n'est que jeux de miroirs, mises en abyme et résonances (musique oblige). Peu à peu, un jeu troublant de va-et-vient s'installe même entre une série d'images d'archives de la vraie Barbara et celles du film d'Amalric. Et l'on comprend alors deux choses. D'abord, que l'on est décidément envoûté par « Barbalibar », tout comme le cinéaste du film d'ailleurs (interprété par Mathieu Amalric, ancien compagnon et père des deux enfants de l'actrice qui plus est !). Ensuite, que Barbara reste insaisissable. C'est précisément ce que nous dit Barbara, le film, avec son rythme et sa voix à nuls autres pareils. Et c'est pour cela qu'il est totalement juste et réussi.

Barbara, de Mathieu Amalric. Sortie le 6 septembre.

Publié le 19 Mai 2017
Auteur : Ariane Allard
8490 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette