On nous prend pour des quiches Publié le 24 Février 2017 par Maëlys Peiteado

À Pau, l'imagination débandante 01/03/17

blog post image

En lectrice avertie, Alice nous a envoyé cette subtile réclame pour une soirée « Affaire DSK » de la discothèque NeXt Club de Pau. Laquelle trouve cette histoire de viol présumé - qui s'est soldé, rappelez-vous, par un accord financier en échange de l'abandon des poursuites - finalement assez divertissante. Contacté par nos soins, le gérant de l'établissement relance, avec courage et philosophie, le sempiternel débat desprogien : peut-on rire de tout ?

Causette : C'est quoi, une soirée « Affaire DSK » ?
Le gérant : Ceux qui viennent habillés en soubrette ou en peignoir ont l'entrée offerte. Moi-même, j'avais un peignoir et un cigare dans la bouche [la caricature de Dominique Strauss-Kahn propagée par Les Guignols de l'info, ndlr]. On avait déjà fait ce thème l'année dernière, ça a hyper bien marché. C'est hot, rigolo et pas sûr que d'autres boîtes le fassent. Bon, peut-être un peu limite aussi, je ne sais pas.

Limite, vous dites ?
Le gérant :
Comme Facebook a refusé que je transforme cette affiche en publicité sur le réseau social, j'ai eu peur, je me suis dit que le thème pouvait nous apporter des problèmes. Il faut que je fasse attention, je n'ai aucune idée des risques que j'encours, Dominique Strauss-Kahn peut porter plainte. Après, aux Guignols de l'info, ils se moquaient bien de lui. Alors pourquoi on nous embêterait à nous [sic] ? C'est toujours la même question : peut-on rire de tout ? Certes, c'est une histoire de viol, mais la fille en question [Nafissatou Diallo, ndlr] n'est pas morte non plus.

Et sinon, vous proposez aussi des « Lady's night ». C'est quoi ?
Le gérant : L'entrée y est gratuite pour les femmes. C'est toujours compliqué, les garçons disent : « Jamais pour nous. » Mais en même temps, ils sont contents, ça amène des filles et ils suivent. Ce sont les femmes qui commandent dans notre monde, vous savez !

Sans vouloir vous commander, on vous suggère de laisser tomber les soirées à thème « culture du viol », cher monsieur.

Publié le 24 Février 2017
Auteur : Maëlys Peiteado
28679 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette