Causette s'en mêle Publié le 31 Janvier 2017 par Virginie Roels

Pour en finir avec le délit de solidarité 31/01/17

blog post image

À Paris, Lille ou Nice, manifestez votre refus de voir poursuivies par la justice des personnes qui aident les réfugiés.

En théorie, le « délit de solidarité », à savoir venir en aide à un sans-papiers ou un clandestin, n’existe plus depuis décembre 2012. On a depuis le droit d’héberger, de nourrir, d’apporter des soins médicaux et des conseils juridiques à un réfugié sans être inquiété. Mais il semble bien que la justice a trouvé un moyen de poursuivre ces bienfaiteurs par un autre biais, en les accusant, par exemple, de faciliter, par aide directe ou indirecte, la circulation irrégulière d’un étranger en France. « Ces poursuites se sont intensifiées depuis deux ans, explique un représentant de la Cimade, une association qui accompagne les personnes étrangères dans la défense de leurs droits. L’état invente de nouveaux prétextes pour arrêter les aidants, en les accusant d’outrage à agent, de participation à une manifestation sans déclaration préalable, ou d’aide à la circulation. » Parce que plusieurs procès de « délinquants solidaires » vont avoir lieu dans les semaines qui viennent, cent organisations associatives ou syndicales, nationales ou locales, appellent les citoyens à manifester leur solidarité, justement, avec ceux qui continuent de tendre la main aux réfugiés, quel qu’en soit le prix à payer.

Trois rassemblements auront lieu les 8 février à Lille (59), le 9 février à Paris (75) et le 10 février à Nice (06). Pour plus d’information, cliquez ici. 

Publié le 31 Janvier 2017
Auteur : Virginie Roels | Photo : DR
17509 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette