Culture Publié le 14 Décembre 2009 par Marie Gallic

Miossec 4 pintes & 1 Miossec

blog post image

Que font deux Brestois quand ils se rencontrent à Paris? Ils vont boire des canons. Hé, on a une réputation à défendre! Ça, c'est pour notre entretien «waterproof» avec Miossec. S'ils se rencontrent sur une plage bretonne, les Brestois vont plutôt enregistrer un album avant d'aller au bistrot. C'est l'objet de la venue du chanteur à Paris: la promo du disque qu'il a enregistré avec Yann Tiersen. Conversation de comptoir, qui nécessite bien quatre pintes pour faire le tour des sujets indissociables du bonhomme.

1re pinte:

la musiqueOn joue une chanson de Blondie dans le bar. Mais Miossec colle journalistes et attachés de presse en citant The Nerves, auteurs de la version originale. Il enchaîne avec son chanteur de variété préféré: Paul Young (vous savez, le gars qui a chanté Senza Una Donna avec Zucchero). «C'était mon truc pour brancher les filles, enfin, du temps où je draguais...» Fini, ce temps-là, Miomio a une «Madame». Désolé les filles, c'est pas cette fois qu'il tombera la chemise à carreaux Décathlon dans notre cabine d'effeuillage. Mais le modèle de Christophe reste Captain Beefheart. «J'aurais mieux fait d'être fan de Richard Anthony, j'aurais moins de complexes.» Pourtant, sur ce 7e album, sa voix rocailleuse se fait plus sereine. Faut pas rêver, il se fait quand même larguer sur un quai à Montparnasse et le monde du travail en crise en prend pour son grade. Faut dire que le travail, il aime pas trop, Miossec. «Yann m'a proposé de bosser avec lui parce qu'il me trouve fainéant, il a raison. Ça m'a fait bizarre d'avoir de nouveau des horaires de bureau. De 11heures à 19heures, Yann commençait une compo à la guitare, la lâchait pour le piano puis la batterie. Il a tout fait. Pas une fois on a discuté de ce qu'on voulait, on a juste fait. Je me suis autodiscipliné car je n'avais pas envie de le décevoir au niveau des textes et de la voix.»

 

...La suite dans Causette#4...

 

ShareFB

 

Publié le 14 Décembre 2009
Auteur : Marie Gallic | Photo : Samuel Kirszenbaum
3280 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette