Reportages Publié le 07 Septembre 2016 par Audrey Lebel

Les prostituées ivoiriennes à l’assaut du sida

blog post image

« Mes sœurs, pour celles qui ne me connaissent pas, je suis tantie Ami. Aujourd’hui, on va causer IST. Qui connaît les IST ? » interroge Ami, 54 ans, professionnelle du sexe et éducatrice des « pairs » (EP) au sein de l’ONG Espace Confiance depuis dix ans. « C’est une école à Adjamé ! Ça veut dire “école internationale quelque chose” », assure Aïcha entre deux bouffées de cigarette inhalées. Elle a un visage enfantin, presque innocent malgré son regard désabusé et sa voix rauque. « Non, IST c’est une maladie quand on baise avec un garçon sans capote », rétorque l’EP, avec son franc-parler. À la vue du pénis en bois que sort Ami, Aïcha glousse. Un rire gêné qui rappelle celui de n’importe quelle ado de 14 ans lors d’un cours d’éducation sexuelle. Sauf qu’ici Aïcha n’est pas dans une salle de classe, elle est dans son cabanon, celui où elle vend son corps pour 1 000 francs CFA la passe, environ 1,50 euro, soit le prix d’un paquet de Marlboro dans la capitale économique ivoirienne. Comme cinq autres prostituées du bidonville d’Abobo 2, Aïcha écoute tant bien que mal : « Je vais vous montrer comment se protéger des maladies. Vous voyez la capote ? Voilà comment il faut la dérouler sur un pénis », enchaîne Ami.


... La suite dans Causette #70.

Publié le 07 Septembre 2016
Auteur : Audrey Lebel | Photo : Corentin Folhen/Divergence pour Causette
1121 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette