HORS-SÉRIE FAITS DIVERS Publié le 04 Août 2016 par Propos recueillis par Eric La Blanche

Flics et médias, les liaisons dangereuses

blog post image

Pour qu’il y ait fait divers, il faut au minimum un délit, un flic et un journaliste. Depuis quarante ans, quelques grandes affaires criminelles ont marqué les esprits et fait évoluer les rapports entre les deux professions. Jean-Charles Marchand, fin connaisseur des rapports entre police et médias, nous dévoile comment les affaires Grégory et Guy Georges ont tout changé.

Causette : Vous avez couvert l’affaire Grégory dès le début, en 1984. en quoi est-elle extraordinaire ?

Jean-Charles Marchand : Je n’ai jamais vu une affaire comme ça ! C’est un accident à tous les niveaux : judiciaire, journalistique, gendarmesque, policier... J’ai été sur l’affaire depuis le premier jour et je suis l’un de ceux qui y sont restés le plus longtemps. Le juge d’instruction était jeune et débordé, c’était la guerre entre policiers et gendarmes. Ces derniers n’ont même pas fait de perquisition chez les parents ! Bref, il y a eu disjonction totale de la chaîne.

... La suite dans le Causette hors-série spécial faits divers, en kiosques jusqu'au 7 septembre 2016.

Publié le 04 Août 2016
Auteur : Propos recueillis par Eric La Blanche
950 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette