Billet Publié le 12 Juillet 2016 par Camille Besse

Mes vacances avec... #1 Manuel Valls 12/07/16

blog post image

Chère Causette,

D’habitude je te fais des dessins, mais ce coup-ci je suis en vacances, alors pour changer, je t’écris.

Je suis bien peinarde au fin fond de l’Aude, chez ma cousine chaurienne (tu regarderas dans le dico), et dans les journaux, c’est l’été. Le soleil tape fort, des mecs avec des coupes de cheveux discutables tapent dans un ballon, et Manuel Valls tape sur le Code du travail à coup de 49.3. Rien de bien palpitant.

Et puis la semaine dernière, grosse actu à la une de Sud Ouest, Manuel Valls débarque en pays audois ! Au gymnase de Palaja (regarde sur une carte) pour rencontrer nouzôtres citoyens lors d’une réunion publique ! Faut qu’j’te raconte.

Ni une ni deux, avec ma cousine, on se met en route, tout excitées à l’idée de voir notre Premier ministre en vrai, et puis aussi de lui dire que le 49.3, on n’aime pas trop ça. En plus, Manu n’a pas fait les choses à moitié, il est venu accompagné de Ségolène Neuville (tu regarderas sur Wikipédia)1 et de Stéphane Le Foll !

Pour répondre à tant d’honneurs pour sa région reculée, ma cousine aussi est venue avec des copains. Des copains de Nuit debout, du Parti de gauche, du PC, de Sud... En tout, on est une armée d’au moins trente gauchistes ! (Bon, on est dans l’Aude, hein. À la base, y’a pas grand monde.) Mais on est un peu nounouille, on n’a pas compris que « réunion publique », ça veut dire « sur invitation ». À peine on s’est approché du gymnase que les videurs – pardon, la gendarmerie –, facilement trois fois plus nombreux que nouzôtres, nous expliquent que la direction se réserve le droit d’entrée et que ça va pas être possible.

Même notre pote Jipé 2, qui a milité trente ans au PS avant de passer ses nuits debout, et qui a son invit, se fait refouler ! C’est que les RG l’ont aperçu dans les manifs contre la loi travail. Résultat, on se retrouve tous dehors, alors même que sur l’invit de Jipé, y’avait marqué qu’on était prié d’amener ses potes. Faut dire que là-dedans, y’a pas grand monde, deux ou trois cents personnes à tout casser. Je le sais, j’ai mieux qu’une invit, j’ai une carte de presse (Jipé et ma cousine, ils étaient trop jalmince !), alors j’ai pu entrer.

Niveau ambiance, ça vaut pas le Macumba, je te raconte pas la moyenne d’âge. Par contre, c’est méga caliente, il fait au moins 40 degrés ! Mais bon, moi je suis bien contente, car le président du conseil départemental de l’Aude nous annonce que « les éminents membres du Gouvernement vont nous expliquer leur politique ». Alors je prends des notes pour raconter à mes copains après. Il évoque la mort de Michel Rocard, alors les gens applaudissent, parce qu’ils sont de gauche. Après, il parle des Bleus qui vont jouer en finale, et là les gens applaudissent aussi, mais vachement plus fort.

Mme Neuville dit : « Nous sommes socialistes et fiers de l’être. » Après, elle énumère tous les trucs super de gauche que le Gouvernement a fait et dont elle est super fière (elle est fière au moins une fois par minute, c’est rigolo) et à chaque fois elle dit « ça, c’est de la justice sociale ! » ou bien « ça, c’est une très belle mesure de gauche ! » ou bien « car nous sommes de gauche ».

Stéphane Le Foll aussi nous explique bien ce que c’est que la gauche. Lui aussi, il est hyper fier. Par exemple, si le PS se fait traiter de traître, c’est super, parce que c’est comme Léon Blum. Donc c’est de gauche.

Et puis le 49.3, c’est super aussi. Parce que Rocard a fait des tas de trucs avec. Donc, c’est de gauche.

À la fin, Manuel Valls arrive et là, on voit bien que c’est lui le chef, parce que tout le monde applaudit ! Lui aussi il parle de Rocard, « un ami, un camarade qui défendait la vision d’une gauche moderne, qui regarde la réalité en face ». Je crois comprendre que « regarder la réalité en face », c’est faire des trucs qui ont pas l’air d’être de gauche, mais en fait si.

Son truc à Valls, c’est « réformer et assumer ». Il assume, il est fier. Mais il ne prononce pas le mot « 49.3 ». Il demande aux gens dans la salle d’expliquer à leurs amis que la gauche c’est comme ça, et il arrête pas de répéter des trucs comme « pour une gauche fière qui réforme et qui assume » ou bien « réformons, assumons ».

Je commence à m’ennuyer un peu, mais heureusement c’est fini !

Je retrouve ma cousine, Jipé et les autres, tout desséchés par le soleil entre deux rangées de gendarmes, et je leur raconte tout ça. Je leur ai expliqué qu’on n’avait rien compris, et qu’en fait, le PS, c’est ça la gauche.

Du coup, on s’est tous mis d’accord : si c’est ça la gauche, en 2017, on vote à droite 3. Tu vois, le soleil tape vraiment trop fort !

Bien à toi,

Camille Besse

1. Bon, je suis sympa. C’est la Secrétaire d’État auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion.

2. Le prénom a été modifié.

3. Bon, OK, on déconne !

Publié le 12 Juillet 2016
Auteur : Camille Besse | Photo : Illustration : Camille Besse
15375 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette