Dr Kpote Publié le 06 Juillet 2016 par Kpote

On n’est pas sérieux quand on a 17 ans... sauf quand on est trans

blog post image

Militant de la lutte contre le sida, le Dr Kpote intervient depuis une quinzaine d'années dans les lycées et centres d’apprentissage d’Île-de-France, comme "animateur de prévention”. Il rencontre des dizaines de jeunes avec lesquels il échange sur la sexualité et les conduites addictives. Plongeon en adolescence sur les rivages de la puberté, en période de forte inondation hormonale...

Sur fond de castagne états-unienne sur les latrines non genrées, je narrais à une assis- tante sociale de CFA coiffure la scène où un jeune se déclarant « non binaire » m’avait réclamé une animation non hétérocentrée devant ses camarades interdits. Comme je lui confiais mes difficultés pour aborder sereinement le sujet de la transidentité avec les ados, elle m’a invité à rencontrer Grégoire, 17 ans, en pleine transition, bien dans ses hormones et ses baskets. Elle me l’a présenté sous sa nouvelle identité féminine, Camille. À notre rendez-vous sur la terrasse couverte d’un café, celle-ci est arrivée à la bourre, chaloupant autour des tables, les lèvres purpurines et les cheveux tirés, dégageant une assurance un rien exagérée qui trahissait ses 17 ans au compteur. De Grégoire, nous avons peu parlé. Il était mort à 6 ans, un soir où, de retour de l’école, il avait annoncé fièrement à sa mère qu’il était une fille, comme dans un film. « Ma mère épluchait des légumes. Je lui ai dit que j’étais une fille et elle m’a répondu d’accord. Tout au long de mon adolescence, elle m’a certifié que c’était possible de changer. Elle a été extraordinaire. »

... La suite dans Causette #69 

Publié le 06 Juillet 2016
Auteur : Kpote | Photo : © Zahrah
29087 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette