50 numéros et toujours aussi allumée ! Publié le 31 Mai 2016 par Sarah Gandillot

“Pour dire bite et couilles à la télé, fallait pas être trop sexy” Chantal Lauby

blog post image

Dans Vicky, elle joue la mère d’une jeune femme qui cherche à exister en devenant chanteuse. Un rôle très proche de Chantal Lauby... Rencontre avec celle qui, depuis plus de trente ans, nous fait hurler de rire en balançant les pires insanités avec le plus grand sérieux.

Causette : Cette mère que vous interprétez vous ressemble...

Chantal lauby : Oh oui, cette mère, je la connais par cœur. Ma fille, Jennifer Ayache, la chanteuse de Superbus, est partie à 14 ans et demi aux États-Unis pour apprendre la musique. Tous les parents d’élèves me disaient : « Mais tu es malade de la laisser partir ! » Je savais que j’allais m’angoisser, mais je n’allais pas l’empêcher de vivre un truc. Alors, ce personnage de Vicky dans le film, je le défendais malgré moi pendant le tournage. Je voulais que personne ne l’emmerde ! Quand Jennifer est rentrée des États-Unis, je tournais la série Evamag. Je lui ai dit : « Viens sur le tournage, tu feras un petit stage. » Pour la fête de fin de tournage, elle est montée sur scène et elle a fait son rapport de stage sur du reggae. On était sur le cul. Quand elle joue à Paris, moi, on me met en haut, au balcon, parce que je suis claustrophobe. Une fois, ma fille a demandé à tout le monde de lever la main en rythme. Ce que j’ai fait. Et elle a dit au public : « Je sais où est ma mère ! » La seule main qui se levait à contretemps, c’était moi. Je suis sa pre- mière fan, mais je n’ai pas le rythme dans la peau ! On est à la limite du fusionnel, elle et moi. Je l’ai élevée seule. On est artistes toutes les deux. Quand il y en a une qui tombe, l’autre l’épaule.

... La suite dans Causette #68.

Publié le 31 Mai 2016
Auteur : Sarah Gandillot | Photo : © M. Zazzo/Pasco & co
24453 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette