Les couleurs du féminisme Publié le 31 Mai 2016 par Laurène Daycard

Voyage en "matriarchie"

blog post image

Une société matriarcale, rêve ou réalité ? En tout cas, il est possible d’en visiter, voire de s’y prélasser, à travers les livres. Des pépites de la littérature féministe aux best-sellers de la science- fiction, ces utopies dénoncent, depuis plus d’un siècle, des inégalités bien réelles.

Au tout début du XXe siècle, alors qu’elle attend son mari parti en voyage d’affaires, l’intellectuelle bengalie Begum Rokeya Sakhawat Hossain tue le temps par l’écriture. Dans son roman, Sultana’s Dream, son alter ego fictif découvre une contrée utopique : on n’y travaille que deux heures par jour, les rues sont couvertes de fleurs, l’unique religion est celle de l’amour et de la vérité. Ce fantasme littéraire pourrait avoir été celui d’un hippie des années 1960, à un détail près... « Nous enfermons les hommes à l’intérieur », informe sœur Sara. Cette citoyenne de Ladyland – c’est le nom de ce pays – ose une comparaison : « La rue n’est pas sûre pour nous tant qu’il y a des hommes, de la même façon qu’il est dangereux de laisser un animal sauvage déambuler dans un marché. » Dans la vie réelle, le mari de Rokeya Sakhawat Hossain, magistrat influent, impressionné par le texte de son épouse, le fait publier, en 1905, dans les pages de l’Indian Ladies’ Magazine.

... La suite dans Causette #68.

Publié le 31 Mai 2016
Auteur : Laurène Daycard | Photo : illustration : Tofdru pour Causette
9012 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette