cinema Publié le 14 Avril 2016 par Ariane Allard

Cannes 2016 : la classe internationale... ou presque 14/04/16

blog post image

La sélection officielle du prochain Festival de Cannes a été dévoilée ce jeudi 14 avril. On y attend pas mal de stars. Surtout, on y retrouve l’excellence du cinéma d’auteur mondial : Pedro Almodovar, Sean Penn, Nicolas Winding Refn, Xavier Dolan, les frères Dardenne… Mais encore une petite poignée de réalisatrices (dommage). Et quelques nouveaux venus (ouf).

Tension, gloussements, fébrilité, surprise et/ou déception… Ce jeudi 14 avril, Pierre Lescure, président du Festival, et Thierry Frémaux, son délégué général, ont présenté la sélection officielle du 69e Festival de Cannes (qui se déroulera du 11 au 22 mai prochains) lors de la traditionnelle conférence de presse. Un rendez-vous à l’UGC Normandie de Paris qui, comme chaque année, a pris un petit air de rentrée des classes…

Un « chahut » inaugural

La conférence a démarré par l’intervention d’une trentaine d’intermittents et d’étudiants en art (« futurs intermittents », ont-ils précisé) qui, voulant protester contre le projet de loi Travail du gouvernement, ont eu à cœur de profiter de « la vitrine colossale » qu’est Cannes pour rappeler, notamment, que ce Festival est aussi « une usine à précaires ».

De bons chiffres

1 869 longs métrages ont été vus cette année par l’équipe des sélectionneurs, contre « 1 000 il y a 10 ou 15 ans », a souligné non sans satisfaction Thierry Frémaux, alerte délégué. Au total, il y aura donc 20 longs métrages en compétition pour la Palme d’or et 17, dont 7 premiers films, dans la sélection Un Certain regard (tête chercheuse des grands cinéastes de demain). A noter que 28 pays, en tout, sont représentés.

Un Maître en ouverture

C’est Woody Allen qui ouvrira cette 69e édition avec son nouveau film, Café Society, une comédie romantique dans le Hollywood des années 30, avec Kirsten Stewart, Jesse Eisenberg, Steve Carell et Blake Lively. Comme chaque fois, le long métrage du plus célèbre des New-Yorkais sera présenté hors compétition. Il n’y aura pas de film de clôture, en revanche, puisque c’est la Palme d’or 2016 qui sera projetée le dimanche 22 mai. Une première.

Des « examinateurs » mystérieux

Le nom des jurés qui, au terme des 12 jours de compétition, décerneront leur Palme d’Or (également un Grand prix du jury, des prix d’interprétation, de mise en scène, etc.) ne sera dévoilé que fin avril (au plus tard). Seule l’identité du président du jury, pour l’heure, est connue : il s’agit de George Miller, cinéaste australien, heureux papa des célèbres « Mad Max ».

Des têtes de classe en veux-tu en voilà

Pedro Almodovar, Olivier Assayas, les frères Dardenne, Xavier Dolan, Jim Jarmusch, Ken Loach, Sean Penn, Paul Verhoeven, Nicolas Winding Refn : voilà pour les « grands noms » de la compétition 2016, qui viendront donc présenter leur nouvel opus en avant-première mondiale. Tous familiers de la Croisette : on les retrouve pour chacun de leurs films, certains depuis des lustres. Idem du côté des longs métrages hors compétition : welcome back Steven Spielberg ! Reste qu’à ces têtes de classe confirmées s’ajoutent d’autres très bons élèves, plus confidentiels mais non moins passionnants : Jeff Nichols, Brillante Mendoza, Bruno Dumont, Alain Guiraudie, Cristian Mungiu, Cristi Puiu ou Park Chan Wook. Eux-aussi brigueront la Palme d’or : à surveiller de près ! Quant aux petits nouveaux, ils seront peu nombreux en compétition (davantage dans la section Un Certain regard) : autant dire qu’on attend avec impatience de découvrir l’Allemande Maren Ade ou le Brésilien Kleber Mendonça Filho …

Du beau monde sur le tapis rouge

« C’est plutôt un festival avec beaucoup de stars cette année », souriait le frétillant Thierry Frémaux. De fait, pour cause de films dûment sélectionnés, un joli casting s’annonce lors de la fameuse montée des marches. Dans le désordre, côté français : Marion Cotillard, Vincent Cassel, Adèle Haenel, Jean-Pierre Léaud (un revenant) ou l’incontournable Isabelle Huppert. Et côté américano-international : George Clooney, Julia Roberts, Ryan Gosling, Javier Bardem, Charlize Theron, Iggy Pop, Russell Crowe, etc. Ça va flasher !

Quelques chemins buissonniers

Certes, Cannes est le plus grand festival de cinéma au monde. Et le plus grand marché du film, incidemment. Mais ça ne l’empêche –surtout – pas d’aimer varier les genres. Au menu de cette sélection officielle ? Très peu de comédies et beaucoup de drames, comme souvent ; mais encore un film d’animation, de rares documentaires. Et, surtout, un nombre surprenant de longs métrages… où devraient sévir des vampires, voire des cannibales. Raccord avec l’époque ? Mais…

Peut mieux faire côté parité

Seules trois réalisatrices (sur 20 cinéastes) sont en compétition pour la Palme d’or : à savoir la Française Nicole Garcia, la Britannique Andrea Arnold et l’Allemande Maren Ade. C’est peu. Trois également (sur 17) dans la sélection Un Certain Regard (les deux sœurs Coulin, Delphine et Muriel, qui coréalisent le même film, et Stéphanie Di Giusto dont c’est le premier long métrage) : ça n’est guère mieux. Idem hors compétition, où l’on ne trouve qu’une seule femme (sur 4, cela dit !) : l’Américaine Jodie Foster. En clair, toutes sections confondues, seuls 6 longs métrages sur 48 sont signés par des femmes. Une non parité en forme d’impair ? Non, juste une constante dans la sélection cannoise… Cherchez l’erreur ! 

Publié le 14 Avril 2016
Auteur : Ariane Allard
6148 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette