Tribune Publié le 25 Mars 2016 par Renaud

La chronique à Renaud

blog post image

Je sais pas ce qui m’arrive, depuis plus d’un an, j’arrête pas de pleurer. D’abord à cause des attentats de Charlie, puis de ceux du Bataclan, du Petit Cambodge, etc. J’ai versé des larmes de sang. Puis pour le comportement des flics, pompiers et civils découvrant les morts ou secourant les blessés en pleurant comme moi, pleuré chez Charlie pour des amis proches, au Bataclan pour des ami(e)s de ma fille, larmes mêlées aux siennes. Pleuré encore en songeant aux orphelins de toutes ces victimes, de toute cette barbarie.

J’ai pleuré aussi à la lecture de toutes les lettres, mails, textos ou autres posts envoyés sur mes différents sites de fans, j’ai eu les larmes aux yeux à l’écoute de tous ces témoignages écoutés avec attention en ma cantine de la Closerie des lilas, cantine squattée, vampirisée par ces centaines de fidèles venus de France, Suisse ou Belgique pour m’arracher un sourire, une poignée de main, un autographe ou, pire, un selfie… Tout ça grâce à mon « retour » attendu, semble-t-il, par des centaines de milliers d’acharnés de moi, de mes chansonnettes, de mes idées à la con, idées et comportements qui, selon eux, les font vivre et tenir debout.

... La suite dans Causette #66.

Publié le 25 Mars 2016
Auteur : Renaud | Photo : © R. Dumas
4290 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette