Culture Publié le 09 Mars 2016 par Marine Couturier

Femmes en Résistance au Mémorial de la Shoah 09/03/16

blog post image

Amy Johnson, Sophie Scholl, Berty Albrecht, Mila Racine.… ces noms ne vous sont peut-être pas familiers. Aviatrice britannique engagée dans l’Air Transport Auxiliary, étudiante allemande membre du groupe de résistants La Rose blanche, militante féministe cofondatrice du journal Combat et du mouvement éponyme, ou encore Juive d’origine russe convoyeuse d’enfants en Suisse, chacune de ses femmes a joué, à sa manière, un rôle clé dans la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale. Depuis janvier 2014, les éditions Casterman mettent à l’honneur leurs combats à travers la bande dessinée Femmes en Résistance, dont les trois premiers volets sont chacun consacrés à une de ces femmes.

Découvrir ou redécouvrir

En ce 8 mars, la sortie du quatrième et dernier tome, sur Mila Racine, coïncide avec le lancement, au Mémorial de la Shoah, de l’exposition Femmes en Résistance, en partenariat avec Casterman. Moins d’un an après l’entrée de Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz au Panthéon, il semblerait que les résistantes soient enfin reconnues. « Je trouvais intéressant de mettre en avant des personnages dont on parle peu ici, explique l’historienne Emmanuelle Polack, à l’origine du projet. Sophie Scholl est assez connue en Allemagne, mais pas assez en France. Concernant Berty Albrecht, ça m’exaspérait de voir qu’elle était souvent présentée comme simple secrétaire d’Henri Frenay, alors qu’elle a cofondé Combat avec lui. »

Documents originaux et objets d'époque

À l’entresol du Mémorial, la première partie de l’exposition mêle originaux des planches de la bande dessinée, objets d’époque comme la machine à écrire sur laquelle Berty Albrecht tapait les textes de Combat, documents d’archives originaux et photographies. Les quatre « héroïnes » de Casterman permettent alors de faire le lien avec d’autres résistantes : Odette Élina et Yvonne Odon, dont un dessin et une lettre sont exposés, mais aussi Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz, qui ont fait partie du convoi des 27 000* avec Mila Racine, et dont la liste est également présente dans l’exposition.

Des femmes engagées

Sur la mezzanine, la deuxième partie de l’exposition est centrée sur les résistantes juives. Pour Philippe Boukara, historien spécialiste du judaïsme, « les femmes ont été très actives dans la résistance juive, elles aidaient notamment à transporter des armes ou servaient d’agents de liaison ». De part et d’autre d’un large mur, soixante panneaux reviennent en quelques lignes sur le combat de ces femmes. Au milieu, leurs portraits s’affichent en noir et blanc : des visages fermés, d’autres souriants, mais tous relativement jeunes. « Nous avons fait une sélection de femmes connues de la résistance juive en France, en Pologne, en Allemagne et en Italie, détaille Philippe Boukara, mais derrière elles, se cachent des dizaines d’inconnues. » C’est un fait, les femmes, même dans la Résistance, sont souvent ignorées.

* Le convoi des 27 000, en référence aux numéros de matricule affectés à l’entrée du camp, a quitté Compiègne le 31 janvier 1944 pour le camp de concentration de Ravensbrück. Il transportait 959 femmes. 

Mémorial de la Shoah. 17, rue Geoffroy-l’Asnier, Paris IVe. Jusqu’au 30 septembre 2016.

 

------------------

À lire

Femmes en Résistance. Scénarios de Régis Hautière, Emmanuelle Polack, Francis Laboutique. Éd. Casterman

Tome 1 - Amy Johnson. Dessin de Pierre Wachs.

Tome 2 - Sophie Scholl. Dessins de Marc Veber.

Tome 3 - Berty Albrecht. Dessins d’Ullcer.

Tome 4 - Mila Racine. Dessins d’Olivier Frasier.

 

 

Publié le 09 Mars 2016
Auteur : Marine Couturier | Photo : Marine Couturier
2775 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette