Les couleurs du féminisme Publié le 24 Février 2016 par Iris Derœux, correspondante à New York

Gloria, montre-nous la voie !

blog post image

Un nouvel ouvrage, une série télévisée sur sa vie, des conférences et des manifs... à 81 ans, Gloria steinem, icône américaine du mouvement féministe de la deuxième vague, est toujours dans la place, prête à motiver tous les progressistes d’Amérique et d’ailleurs. Forcément, nous sommes tout ouïe.

Quand elle arrive sur scène, c’est l’hystérie : standing ovation, applaudissements, cris de joie. Non, ce n’est ni Dieu ni Madonna. Mais peut-être un peu des deux à la fois. Gloria Steinem est là. Face à un public de fidèles féministes, essentiellement, réunies dans un amphithéâtre new-yorkais plein à craquer. Euh... de qui s’agit-il, vous demandez-vous peut-être ? D’une sorte de Simone de Beauvoir made in USA, énergique et infatigable, façon pop star flamboyante plutôt qu’intellectuelle agrégée de philosophie. Gloria Steinem est une icône américaine dont le nom rime avec féminisme et, plus précisément, féminisme de la deuxième vague. La version pattes d’eph du mouvement, celle qui émerge aux États- Unis dans les années 1960 et exige la Libération de la femme. Libération avec un grand L, oui, car ici on cause libération des corps, de la domination masculine, de la société patriarcale, de systèmes d’oppression économiques et sociaux... Le programme est vaste et ambitieux. À tel point qu’on est loin d’en avoir terminé. Le changement arrive si lentement que c’en est parfois déprimant.

Fort heureusement, il existe des militant(e)s qui ne lâchent rien,et Gloria Steinem est de ceux-là. À 81 ans, elle court toujours de conférences en manifestations, à l’aise sur les campus comme dans les galas de charité, toujours disposée à venir motiver les troupes, des vieux baroudeurs jusqu’aux jeunes pousses du mouvement féministe. Sa voix porte dans le très sérieux New York Times comme dans le très branché Vice, et sa vie doit bientôt faire l’objet d’une série télé concoctée par la chaîne HBO.

 

... La suite dans Causette #65.

Publié le 24 Février 2016
Auteur : Iris Derœux, correspondante à New York | Photo : © F. Prouser/Reuters
6210 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette