La copine de Causette Publié le 24 Février 2016 par Laurence Garcia

Le blues de la diva Barbara Hendricks

blog post image

Quarante ans que la soprano américaine se produit sur les plus prestigieuses scènes d’opéra et trente dans ces théâtres tragiques que sont les camps de réfugiés. la retraitée du lyrique, éternelle activiste humaniste, chante désormais le blues du monde, cette musique de la révolte et de ses racines. Barbara, l’histoire romanesque d’une petite fille de l’Arkansas devenue messagère des sans-voix.

Il y a des matins comme ça où l’on adore les lundis. Une interview de Barbara Hendricks, waouh ! Causette est dans tous ses états. Barbara, c’est la diva sans chichis, la Callas sans caprices, The Voice sans Nikos. Rendez-vous dans le Marais au Centre culturel suédois, sa seconde mai- son quand elle est de passage à Paris. La cantatrice, qui se dit européenne, américaine et africaine, a choisi la nationalité suédoise par amour. C’est le pays de son premier et de son second mari. « Je ne suis pas moins américaine depuis que je suis suédoise ! Ce n’est pas un bout de papier qui décide de qui l’on est. J’ai beau vivre en Europe depuis quarante ans, je sais d’où je viens. » Avec Barbara la « trinationale », on est tous des gens du voyage. Les nationalités s’additionnent, la déchéance n’est que pure foutaise politicienne.

... La suite dans Causette #65.

Publié le 24 Février 2016
Auteur : Laurence Garcia | Photo : Yann Rabanier pour Causette
1950 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette