Les couleurs du féminisme Publié le 23 Janvier 2016 par Marion Rousset

Les chemins de la résilience Viol

blog post image

Lise Poirier Courbet, psychosociologue, est l’auteure d’un essai qui explore, études et témoignages à l’appui, les conséquences intimes et sociales du viol, ainsi que le processus de réparation. Elle a confié à Causette son propre cheminement de « femme violée » pour se reconstruire.

De l’eau a coulé sous les ponts depuis l’année maudite de ses 16 ans. En un matin d’hiver venteux et pluvieux, Lise Poirier Courbet nous reçoit dans son appartement parisien qui offre une vue apaisante sur le canal de l’Ourcq. Ce cours d’eau qui file sous sa fenêtre, la psychosociologue ne se lasse pas de le contempler. Sereine en apparence. Joyeuse, même. Adolescente, elle a pourtant connu l’enfer. Un locataire de ses parents s’intro‑ duit dans sa chambre et la viole. C’était en mars 1971, année de son baccalauréat, dans une commune du Maine-et-Loire. Son père, en cure de désintoxication à l’alcool, est absent de la maison. Ses six frères et sœurs n’habitent plus là. C’est sa mère, couturière, qui porte plainte contre l’agresseur, à une époque où on étouffe ce type d’affaires. Une mère qui porte la culotte, considère que les hommes sont tous orgueilleux et égoïstes et qui est proche du Parti socialiste unifié (PSU).

... La suite dans Causette #64.

Publié le 23 Janvier 2016
Auteur : Marion Rousset | Photo : © R. Masquelier
1735 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette