50 numéros et toujours aussi allumée ! Publié le 23 Janvier 2016 par Laurence Garcia

“Quand on a vécu l’exil, on ne peut que cultiver l’esprit humaniste ” Soro Solo

blog post image

Sur France Inter, il mêle musique et politique pour chahuter la vieille Françafrique. Causette a rencontré ce dandy ivoirien des ondes qui se verrait bien lanceur d’alertes une fois rentré au pays.

Des « r » qui roulent, surtout quand il se marre à s’en décrocher la mâchoire, la voix rocailleuse qui porte, un délicieux accent d’Afrique, la sape stylée. Quand Soro Solo balade sa longue silhouette, les couloirs de la Maison de la radio prennent enfin des couleurs. Toujours un mot pour déconner avec un chef, un animateur vedette ou une femme de ménage. Une bise, une tape dans le dos, le dandy ivoirien sexa, qui semble sans âge, est connu à France Inter pour être un ambianceur des ondes et des bureaux. Soro anime sur la station l’émission L’Afrique en Solo, après y avoir présenté pendant neuf ans L’Afrique enchantée, avec Vladimir Cagnolari, son « petit frère » de micro. Soro Solo, alias Souleymane Coulibaly, se raconte avec de grands rires qui cachent beaucoup de pudeur et de gravité. Son histoire, c’est celle d’un exilé politique avec les dents du bonheur.

Causette : On connaît Soro Solo de France Inter, mais un peu moins Souleymane Coulibaly.

Soro Solo : C’est pourtant le même ! Solo est le diminutif de mon prénom Souley‑ mane, car je suis né le même jour que le roi prophète Salomon ! Je suis originaire de la tribu ethnique des Sénoufos, dans le petit village de Korhogo, dans le nord de la Côte d’Ivoire, l’une des régions les plus islamisées du pays. Quand mon père, un ancien paysan de la brousse, s’est ins‑ tallé dans un petit commerce en ville, il s’est converti à l’islam. Lui qui s’appelait Soro s’est rebaptisé Coulibaly, un nom très répandu chez nous, qui n’est pas facile à porter en ce moment ! C’est un patro‑ nyme qui ne me ressemblait pas, car je n’ai jamais cru dans les religions imposées en Afrique par le glaive ou par le feu, que ce soit le christianisme ou l’islam. Le pseudo Soro Solo s’est imposé à moi. C’était un choix identitaire et politique dans un pays très xénophobe à l’époque.

... La suite dans Causette #64.

Publié le 23 Janvier 2016
Auteur : Laurence Garcia | Photo : Olivier Culmann/Tendance Floue pour Causette
3421 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette