Dr Kpote Publié le 23 Janvier 2016 par Dr Kpote

L’opium du peuple et l’ivresse des débats

blog post image

Militant de la lutte contre le sida, le Dr Kpote intervient depuis une quinzaine d’années dans les lycées et centres d’apprentissage d’Île-de-France, comme “animateur de prévention”. Il rencontre des dizaines de jeunes avec lesquels il échange sur la sexualité et les conduites addictives. Plongeon en adolescence sur les rivages de la puberté, en période de forte inondation hormonale…

Janvier est le mois qui honore Janus, dieu romain des clés et des portes. C’est donc le mois idéal pour crocheter nos mœurs cadenassées et ouvrir nos chakras à tout ce qui ne nous ressemble pas. C’est devenu essentiel dans une époque où les modes de vie des uns ambitionnent de s’imposer à ceux des autres. L’année dernière, on a pris cher. Très cher. En surfant sur l’éphéméride de 2015, on constate que Dieu, squatteur quasi quotidien de nos alertes Google, nous a plus arrosés de son courroux que de sa miséricorde. Nous avons bédavé l’opium du peuple jusqu’à l’overdose, jusqu’à pleurer des larmes de sang. J’ai dû sublimer mes émotions pour mieux travailler et consulter pour apaiser ma tension. Juste après le 13 novembre, j’étais dans un lycée de Seine‑Saint‑Denis où les filles sont nombreuses à escamoter leurs tenues religieuses afin d’intégrer le moule séculier de la laïcité. Plutôt que d’ignorer la scène pour filer à l’infirmerie, j’ai pris le temps de les observer. Tout en palabrant, elles géraient leurs mutations le plus naturellement du monde, comme une chorégraphie parfaitement maîtrisée. Mais, contrairement à ce qu’on croit, elles n’abandonnent pas leurs signes ostentatoires à l’entrée des bahuts, elles les subliment. Avec leurs robes sombres et très longues associées aux hijabs qui se font capuches ou écharpes le temps d’une journée de cours, elles demeurent habitées et habillées par leur foi. Elles défilent subtilement pour leur créateur. Franchement, je me pose la question de l’utilité de les obliger à se changer. On a choisi le combat frontal en légiférant, eh bien, elles se sont débrouillées pour respecter la loi sans perdre leur identité, un rien revancharde. Bien fait.

... La suite dans Causette #64.

Publié le 23 Janvier 2016
Auteur : Dr Kpote
1551 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette