Politique Publié le 22 Janvier 2016 par Virginie Roels et Anna Cuxac pour l'interview

Agressions à Cologne

blog post image

Cette nuit de la Saint- Sylvestre en aura fait couler de l’encre, et d’une couleur bien brune. À Causette, le tempo de mensuel ne nous oblige pas à réagir à chaud. Sexe, violence et étrangers : quelle aubaine pour la fachosphère ! À tel point que les autorités allemandes ont cru bon de différer la diffusion de l’info de ces centaines d’agressions sexuelles. attisant le feu de la haine. Voici les éléments de notre réflexion à ce jour, ainsi que les paroles de deux humanistes auxquelles nous avons ouvert nos pages, Chahla Chafiq et Clémentine autain, combattantes pour les droits des femmes et la justice en général.

Stupeur et tremblements

L’horreur, le dégoût, la révolte nous envahissent en imaginant le calvaire de ces centaines de femmes malmenées, tripotées, abusées. À ce jour, 561 personnes ont porté plainte pour avoir été victimes de vols, violences et agressions sexuelles sur le parvis de la gare de Cologne, en Allemagne, la nuit de la Saint‐Sylvestre. Quarante pour cent des plaintes déposées par ces femmes l’ont été pour viol ou agression sexuelle. Selon les autorités allemandes, coupables, il est vrai, d’avoir tardé à donner l’information, la majorité des agresseurs supposés provient d’Afrique du Nord. À vrai dire, on n’en sait pas beaucoup plus. L’enquête est en cours, chaque plainte sera instruite, et cela prendra du temps. Ce temps de l’enquête est essentiel à l’ébauche d’une vérité. Mais la vérité importe‐t‐elle encore ? Dès que l’information est sortie, l’extrême droite s’en est emparée avec délectation. Très vite, les migrants récemment arrivés ont été tenus pour responsables de ces agressions, ainsi que ces « collabos humanistes » qui ont eu la bêtise de les accueillir, peut‐on lire sous diverses formes plus ou moins lyriques sur la Toile.

... La suite dans Causette #64.


Interview “ La violence envers les femmes est universelle ”

Chahla Chafiq est une écrivaine et sociologue d’origine iranienne, militante pour les droits des femmes. Pour Causette, elle revient sur les agressions sexistes de Cologne et d’ailleurs en Europe.

Causette : Comment avez-vous reçu la nouvelle de ces agressions ?

Chahla Chafiq : Dès le début, j’ai eu un sentiment de jamais‐vu, de par l’ampleur et la concomitance des agressions, mais aussi de déjà‐vu. Cela m’a fait penser aux agressions de la place Tahrir, au Caire, durant la révolution de 2011, où journalistes occidentales et manifestantes égyptiennes ont été touchées sans distinction. Cela m’a aussi rappelé la violence exercée sur les femmes qui ont pris la route de l’exil ces dernières années pour fuir les combats de Syrie ou d’ailleurs. Mais la violence envers les femmes n’est pas spécifique à une culture, elle est universelle. Rappelons qu’en France aussi le corps des femmes est perçu par certains, et malgré les avancées législatives, comme un objet, et qu’elles ne peuvent pas entretenir le même rapport à l’espace public que les hommes. Le sexisme, d’ici ou d’ailleurs, nie leur liberté de mouvement et leur liberté d’être des individus à part entière.

Au-delà de la culture, plus ou moins misogyne, il y a le libre arbitre...

C. C. : Absolument. En tant qu’individu, vous pouvez vous contrôler. Notre humanité passe aussi grâce à cette capacité de maîtrise de soi. Il y a plein d’hommes et de femmes qui ont été dans ce monde‐là et qui ne se permettent pas ce genre d’actes.

... La suite dans Causette #64.


Un opportunisme inacceptable

Clémentine Autain, conseillère régionale front de gauche d’Île-de-france, est une militante féministe. Refusant l’instrumentalisation par l’extrême droite des violences de Cologne, ses prises de position ont suscité réactions médiatiques et insultes sur twitter.

Si vous aviez un doute sur l’ampleur du fond de l’air brun et xénophobe, les violences contre les femmes à Cologne donnent tristement l’occasion d’en prendre à nouveau la mesure. C’est dans le cadre d’une tension entre lutte contre le sexisme et combat contre le racisme que se déploie l’arsenal néofasciste. La droite extrême s’est engouffrée dans une brèche : nous avons le devoir de lui tenir tête. Les féministes ne constituent pas un bloc homogène, mais nous nous retrouvons toujours pour dénoncer les viols, les agressions sexuelles et toutes les formes de harcèlement. Ce qui s’est produit à Cologne la nuit du 31 décembre est insupportable, notamment en raison de l’ampleur et du caractère supposé prémédité de l’opération. Cette violence sexiste de masse doit être combattue sans relâche et les coupables doivent être condamnés par la justice. Il n’y a pas à transiger ni à tergiverser sur ce point.

... La suite dans Causette #64.

Publié le 22 Janvier 2016
Auteur : Virginie Roels et Anna Cuxac pour l'interview | Photo : © Fabrizio Bensch/Reuters
1799 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette