Politique Publié le 21 Décembre 2015 par Propos recueillis par Ivan Capecchi

“Une ascension sociale par le shit, pourquoi pas” Philippe Pujol

blog post image

Le langage est cru, à l’image de la réalité qu’il dépeint. Dans French Deconnection, au cœur des trafics, le journaliste – prix Albert-Londres, 2014 – décrit le quotidien des dealers à Marseille, « l’ambition, la fumette, la flambe et surtout la servitude ». Le 13 janvier, il publiera La Fabrique du monstre, une enquête dénuée de complaisance mais pas d’empathie.

Causette : Vous avez enquêté dix ans dans ces quartiers et on sent une certaine affection à l’égard de ces gamins. Avez noué des relations avec certains ?

Philippe Pujol : Oui, il y a des gamins que j’ai vus grandir, d’autres que j’ai vus mourir. C’était des petits de 8 ans qui pensaient à la sauvegarde de la planète, qui faisaient tout comme on leur a appris, « bonjour, merci, au revoir ». Et, petit à petit, malgré tout, certains ont été aspirés. Jetés dans les stupéfiants. Forcément, ils deviennent comme les autres. Mais ce sont surtout les mères qui m’ont marqué.

... La suite dans Causette #63

Publié le 21 Décembre 2015
Auteur : Propos recueillis par Ivan Capecchi | Photo : © A. di Crollanza
1560 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette