Corps et Ame Publié le 25 Novembre 2015 par Clarence Edgard-Rosa, Agnès Giard, Juliette Plagnet, Anna Cuxac

Qui a peur du grand méchant poil ? Dossier

blog post image

Ce petit frisé, ou ce grand brun, différencie les petites filles des grandes. Pourtant, pour être une femme, une vraie, une qui « prend soin d’elle », il faudrait le couper, l’extraire, le triturer, l’atomiser. Lutter contre la nature jusqu’à ce que ce petit frisé, ou ce grand brun, revienne au galop. « C’est pas une convention sociale, juste du dégoût », m’a dit un jour une esthéticienne. Un dégoût aussi généralisé, ce serait pas un tout petit peu une convention sociale, non ? Elle a haussé les épaules et a tiré d’un grand coup sur la bande de cire. Si on ne peut pas aimer le vagin sans aimer les poils, comme le dit Eve Ensler dans Les Monologues du vagin, de quoi le poil est-il l’incarnation ?

Le mâle incarné

Qu’on se le dise une bonne fois pour toutes : le poil est sale. En plus, il pue. C’est en tout cas l’idée que le marketing a réussi à nous fourrer dans le crâne. Une vaste entreprise de dégoût de soi qui a la peau dure et... lisse comme un toboggan, bien entendu.

Un brun à gueule d’ange se réveille, caresse la jambe qui se frotte à lui, et là, horreur ! La jambe est poilue. Il se retourne et tombe non pas sur sa douce, mais sur un gros monsieur qui lui explique qu’il s’est rasé hier, donc bon, désolé, ça pique un peu. « Don’t risk dudeness » (« Ne risquez pas de vous transformer en mec »), conclut en grosses lettres capitales la marque Veet, voulant jouer la carte de l’humour, dans ce spot publicitaire sorti l’année dernière aux États-Unis. Une femme qui ne serait pas impeccablement glabre serait donc un homme. Les Françaises sont 77 % à estimer que l’épilation est importante pour être séduisantes et 65 % à se sentir plus sûres d’elles quand elles sont lisses – forcément, elles correspondent alors à ce que l’on attend d’une femme, une vraie. Les poils, c’est donc la virilité ? Ah oui, mais non.

... La suite dans Causette #62.

Petite histoire de la perruque de chatte

Kate Winslet dans The Reader, Rooney Mara dans Millénium : il n’est pas rare que les actrices se parent d’une moumoute pubienne pour pro- téger leur pudeur ou éviter les ana- chronismes, car un ticket de métro à la Renaissance, c’est pas raccord... Cette perruque, le merkin – c’est son nom en anglais –, est aussi utilisée par les performeuses burlesques : on en trouve de toutes les formes, de la moustache à la touffe tressée.

... La suite dans Causette #62.

Des cartes à poils

Au Japon, le poil, c’est érotique. Et qu’est-ce qui ressemble le plus à un poil ? Un cheveu. On peut donc collectionner les poils de tête de stars du X sous la forme de “cartes à ADN”.

... La suite dans Causette #62.

Le féminisme, ça craint velu !

« Je suis féministe. » En réponse à cette affirmation, on se prend souvent dans les dents un petit « ah ! t’aimes pas les hommes ? », ou « t’as une jupe et t’es maquillée, je te signale... », ou encore le fameux « mais alors, tu t’épiles pas ?! ». La féministe est rabougrie, mal habillée (elle le fait vraiment exprès), mal foutue (sinon elle coucherait avec les mecs au lieu de les faire chier !) et, bien sûr, poilue. Du haut, du bas, de partout ! Ça fait partie du package « féminisme » ! Mais d’où vient ce foutu cliché de la féministe forcément velue ?

... La suite dans Causette #62.

Sur Arte, la grosse poilade

Oui, oui, on sait bien que s’épiler répond à une injonction sociale, mais il n’empêche que nous sommes encore majoritaires à nous allonger chez l’esthéticienne et à hurler de douleur... Ou à nous raser frénétiquement les gambettes (et pas que) sous la douche. Mais pourquoi, bon Dieu ? Poilorama. Quand le poil tente de sauver sa peau, websérie d’Arte Creative en dix épisodes, en ligne dès décembre, interroge la norme glabre de nos corps et rigole de notre obéissance généralisée. 

... La suite dans Causette #62.

A voir : deux épisodes en exclu par là !

Publié le 25 Novembre 2015
Auteur : Clarence Edgard-Rosa, Agnès Giard, Juliette Plagnet, Anna Cuxac | Photo : Illustration : Camille Besse
4107 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette