Environnement Publié le 25 Novembre 2015 par Laure Noualhat

L’écologie a-t-elle un sexe ?

blog post image

Préserve-t-on mieux l’environnement lorsqu’on porte des jupes ? Pas dit que les femmes soient plus douées pour sauver la planète. Pas sûr qu’elles ne le soient pas non plus. Et pour cause...

le chromosome X est-il une chance pour la planète ? Être femme aujourd’hui est-il un atout pour préserver l’environnement ? Ça sent bon le cliché, non ? Pas forcément... Certaines féministes s’opposent sur le sujet. Petit rappel : le féminisme abrite (au moins) deux grands courants, le constructivisme et l’essentialisme. Le premier, emmené par des figures comme Simone de Beauvoir ou Élisabeth Badinter, pense qu’à trop réduire la femme à un simple élément de nature on reproduit le schéma de la domination masculine. Pour les constructivistes, les différences entre homme et femme sont surtout dues à des constructions sociales. Le second, l’essentialisme, théorisé par Antoinette Fouque, estime que la femme, par essence et par son utérus, entretiendrait depuis les origines un lien par- ticulier avec la nature, ce qui l’amènerait à en saisir à la fois la fragilité et la richesse. Qui plus est, comme elle donne la vie, elle posséderait l’intuition de la néces- saire préservation du vivant. Ainsi, pour les essentia- listes, les hommes veulent domestiquer la nature ; les femmes la protéger. Voilà qui est tentant : penser que les femmes sont naturellement plus « vertes » que les hommes.

... La suite dans Causette #62.

Publié le 25 Novembre 2015
Auteur : Laure Noualhat | Photo : © Anthony Marsland/Getty images
2994 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette