RÉFUGIÉS Publié le 23 Octobre 2015 par Anna Cuxac

Appel des 800 : écoutons-les nous dire 23/10/15

blog post image

800 personnalités ont écrit une tribune dans Libération pour demander au gouvernement d’agir à Calais (Pas-de-Calais). Nous prolongeons ici leur appel avec les mots poignants entendus lors de leur conférence de presse.

« Nous demandons solennellement au gouvernement un large plan d’urgence pour sortir la jungle de Calais de l’indignité dans laquelle elle se trouve. » Voilà ce que demande « les 800 » de l’appel de Calais, dans une tribune publiée mardi 20 octobre dans Libération. Ces artistes et intellectuels ont décidé d’unir la force de leurs voix pour interpeler le gouvernement sur l’absolue nécessité d’agir pour les réfugiés et les migrants de Calais. La pétition qu’ils ont lancée peut avoir une véritable incidence sur l’inertie de l’État, alors que Bernard Cazeneuve s’est déplacé dans la ville – sans pénétrer la new jungle – pour proposer un abri chauffé pour 400 femmes et enfants dans les jours qui viennent, et 900 places supplémentaires dans des bungalows financés avec l’aide de l’Union européenne. Le ministre de l’Intérieur n’a rien annoncé pour les 4 500 personnes qui resteraient sur le carreau dans cette configuration. Nous publions ici les prises de parole de certaines de ces personnalités lors de la conférence de presse donnée par une trentaine de membres des 800.

Édouard Louis, écrivain :
« La France est devenue un pays à fuir, étant donné le sort qui est réservé aux réfugiés, la violence, la dépossession, l’exclusion. J’ai honte du gouvernement français. »

Geoffroy de Lagasnerie, philisophe :
« Cet appel est un grand texte politique, car c’est un appel pour plus d’État. […] Les migrants n’ont pas la gale, c’est Bernard Cazeneuve qui la leur donne. »

Christophe Ruggia, cinéaste, s’est rendu dans la new jungle, lundi 19 octobre, pour filmer réfugiés et bénévoles :
« Ce qui m’a frappé, ce sont tous ces gens qui sont venus nous dire “welcome” ; “salam” ; “merci d’être là” ; “bonjour”. Ce qui m’a frappé, ce sont des chômeurs belges qui viennent à Calais tous les week-ends, apporter de la nourriture, des fringues, des chaussures. Ils ont monté un petit magasin gratuit, comme ils disent, de chaussures avec toutes les pointures, pour que les gens choisissent. Ce qui m’a frappé, ce sont des Anglais qui sont venus installer un théâtre dans le bidonville. Ils transforment ces gens, qu’on traite de migrants, en les traitant comme des êtres humains, eux, et comme des spectateurs qui viennent participer à un spectacle, créer et raconter leurs histoires, évacuer leur douleur. Ce qui m’a frappé ce sont des Canadiens qui sont venus à vingt. Ils construisent une maison en deux jours, une maison en bois de récupération, pour héberger vingt-quatre personnes, avec des bénévoles. Ceux-là viennent pour pallier la défection de notre pays et de ceux qui nous gouvernent. Ce qui m’a frappé, c’est cette bénévole, prof dans le Nord, qui profite de ses vacances pour venir passer une semaine auprès des réfugiés et des migrants dans ce qu’on appelle la jungle de Calais. Et ce qui m’a frappé enfin, c’est l’absence des pouvoirs publics et de l’État français. Absence criante. Hurlante. »

Bruno Wolkowitch, acteur :
« Il y a un texte de 2009, que l’on trouve encore sur Internet [qui dénonce la destruction par les autorités de la “première” jungle, ndlr] qui dit : “Au-delà de la jungle, le choix est entre la civilisation et la sauvagerie.” Ce texte est écrit par François Hollande. Nous lui demandons aujourd’hui de faire ce choix de la civilisation, et que l’accueil devienne le choix. »

Manon Pignot, professeure et historienne :
« Il y a quelque chose d’effarant à tout ceci. Les réfugiés que j’aide à faire des démarches administratives, croient à l’État. Ils lui font confiance. Nous aussi, puisque nous avons lancé et signé cet appel. Au final, je me rends compte que les seuls qui ne croient pas à l’État, ce sont nos politiques et notre gouvernement. »

Nous publions ici une vidéo tournée lundi 19 octobre par des membres du collectif de L'Appel de Calais, avec leur aimable autorisation.

Appel de Calais - Images de la vie quotidienne from Causette on Vimeo.

Publié le 23 Octobre 2015
Auteur : Anna Cuxac | Photo : Nicolas Philibert et Christophe Ruggia
6659 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette