cinema Publié le 28 Septembre 2015 par Ariane Allard

Jeu sans frontières Alba Rohrwacher

blog post image

Polyglotte, cette actrice italienne au charme étrange fait de plus en plus parler d’elle. Et ça n’est que justice. Dans Vierge sous serment, un premier film très original qui interroge l’identité féminine, elle impose en douceur une troublante androgynie. rencontre avec une femme libre...

Ni les frontières ni les langues ne font peur à Alba Rohrwacher, actrice italienne, polyglotte et multifacettes. Encore moins les genres. La preuve : cette trentenaire au charme étrange, que l’on rapproche souvent de Tilda Swinton ou de Monica Vitti, impose sans heurt sa troublante androgynie dans le rôle-titre de Vierge sous serment. Un choix audacieux, dans la lignée des films qui l’ont révélée (l’éblouissant Amore, en 2010 ; ou le flippant Hungry Hearts, en 2014, pour lequel elle a reçu le Prix d’inter- prétation à la Mostra de Venise).

De fait, ce premier long-métrage signé Laura Bispuri raconte un bien âpre parcours. Celui d’Hana, jeune Albanaise élevée dans un village de montagne qui, afin d’échapper à la lourde tutelle masculine, a dû jurer de rester vierge et de s’habiller en homme toute sa vie. Troquant son prénom contre celui de... Mark. « Based on a true story », comme disent les Américains ! La tradition ancestrale de la « vierge sous serment », qui date du XVe siècle, est toujours d’actualité dans les Balkans. On en recense encore une centaine au Kosovo et aux alentours de la frontière albanaise...

... La suite dans Causette #60.

Publié le 28 Septembre 2015
Auteur : Ariane Allard | Photo : © pretty pictures
1666 vues | 0 commentaire

Déposez votre commentaire
J'aime Causette